Ghana/Affaire Damana Pickass: le Ministre ghanéen de la sécurité présente les excuses de son gouvernement.

Dans un communiqué qui nous est parvenu des service de communication de la coordination FPI en exil, une nouvelle convocation de son vice-président Damana Pickass par les services sécuritaires du Ghana lui a été adressée ce jeudi 28 mars 2019. Un communiqué, a été sanctionné par cette rencontre, que nous vous proposons.

COMMUNIQUÉ

Ce Jeudi 28 Mars 2019, le Ministre de la sécurité du Ghana a accordé, à sa propre initiative, une audience au Ministre Koné Katina et au vice-président Damana Picass. Ils étaient accompagnés par l’officier d’Interpol en charge du dossier.

Au cours de la rencontre, le Ministre a indiqué qu’il a été informé par ses services de l’arrestation du vice-président Damana Picass sur la base de deux mandats d’arrêts émis contre lui en 2013 et 2017. 
Après avoir mené les recherches avec diligence aussi bien en Côte d’Ivoire qu’au Ghana, il a été établi que les faits sont couverts par l’ordonnance d’amnistie du 06 août 2018. Par conséquent, toutes les restrictions et toutes les poursuites engagées contre lui sont arrêtées.
Le Ministre de la sécurité Ghana a présenté les excuses du gouvernement ghanéen au vice-président Damana Picass et à l’ensemble des réfugiés pour les préjudices subis.
Il a immédiatement instruit les services d’Interpol de rétrocéder à Damana Picass ses documents de voyage et d’identité qui avaient été saisis. Ce que Interpol a exécuté.

Prenant la parole, le Ministre Koné Katinan a remercié le Ministre de la sécurité ghanéenne pour le bon traitement de cette affaire mais aussi pour l’acceuil et la protection accordés aux réfugiés ivoiriens.
Il a remercié le Président Nana Addo pour son implication effective pour la prise en compte des souhaits exprimés par les réfugiés ivoiriens au Ghana par la prise d’une ordonnance d’amnistie afin de booster la réconciliation nationale.
Il a souhaité que les autorités ghanéennes mettent tous leurs services au même niveau d’informations afin que de tels désagréments ne se reproduisent plus surtout qu’elles mettent à mal la réconciliation nationale.

Le Vice-président Damana Picass a souligné qu’il était heureux du bon dénouement de cette affaire. Il a tenu à préciser surtout qu’il ne se reconnaissait pas dans les faits qui lui ont été reprochés par le régime ivoirien. Il ne lui est jamais venu a l’idée de mener des actions déstabilisatrices dans son propre pays.

Le Président de la coordination, le Ministre Koné Katinan remercie tous les réfugiés, les ivoiriens et tous ceux qui par leur mobilisation et leur soutien ont contribué à la libération du Vice-président Damana Picass.

FAIT A ACCRA LE 28 MARS 2019

POUR LA COORDINATION FPI EN EXIL
LE PRÉSIDENT KONE KATINAN

Les commentaires sont fermés.