Gestion des contribuables/La Direction générale des impôts prête à relever le défi

ads bas

Par Yann Dominique N’guessan/afriquematin.net

Vingt-cinq mille (25 000) contribuables. C’est ce nombre que veut atteindre la Côte d’Ivoire, à travers la Direction générale des Impôts (DGI). Malheureusement, cet objectif que le pays s’est fixé n’a pas été atteint. Car, la DGI compte, à ce jour, dans ses fichiers 135 333 contribuables. Pour relever ce défi, les responsables de cette administration financière ont organisé récemment, un séminaire de renforcement des capacités des responsables des opérations d’assiette dans un établissement hôtelier à Cocody Riviera-Palmeraie. 

A l’ouverture des travaux, le directeur général adjoint de la Direction générale des Impôts, Cissé Aboubakari, représentant Ouattara Sié Abou, directeur général de la DGI a invité ses collaborateurs à redoubler d’efforts pour « une meilleure gestion de l’assiette fiscale ». Pour atteindre l’objectif que la DGI s’est fixé, il a fait savoir qu’il est important d’assigner des priorités aux agents en vue « de mettre en place des ateliers pour engager les réflexions ».

A cette occasion, Cissé Aboubakari a exhorté tous les concitoyens qui exercent une activité professionnelle à déclarer le bon et le juste impôt tout en précisant que 115% des contribuables se trouvent à Abidjan et 26% à l’intérieur du pays. « Cependant, avec le développement des villes moyennes qui se développent à l’intérieur du pays, le développement des activités devient de plus en plus important. Notre travail consiste à demander à nos collaborateurs de capter ces nouveaux contribuables », a-t-il soutenu. Avant de les encourager à collecter les recettes provenant des nouvelles activités des secteurs du commerce en ligne et des transactions des transferts.

Bruno Kanga, directeur des opérations d’assiette, a pour sa part exhorté les séminaristes à faire des offres qui permettront d’accéder à une bonne gestion de l’assiette fiscale et un recensement optimal de l’impôt. Dans ce dynamisme, il a également invité les participants à maitriser les indicateurs de gestion et de suivi prévus dans le Sigici.

Pour lui, ces trois (3) jours de séminaire doivent permettre « de passer en revue les questions essentielles liées à la maitrise du fichier à travers un recensement réalisé avec des outils et des méthodes modernes », a-t-il indiqué.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.