Fautes dans les manuels scolaires en Côte d’Ivoire: la ministre Kandia s’explique et s’enfonce

Par Michel Mangou – Afrique Matin.Net

Depuis la rentrée scolaire 2019-2020, plusieurs fautes, de diverses natures, ont été constatées dans des manuels scolaires en Côte d’Ivoire. Critiqué par l’opinion, le Ministère a cru bon de s’expliquer à travers un communiqué. Communiqué dans lequel il incrimine l’éditeur qui serait à l’origine des fautes en question.

Selon une enquête interne du Ministère, la version souche validée par ses services en 2014, ne comporte pas les erreurs relevées dans la version rééditée en 2019 par la maison d’édition. Des fautes de cette nature ne sauraient échapper au processus de correction, puis de validation, des ouvrages scolaires, assuré par la Direction de la Pédagogie et de la Formation Continue (DPFC). Les coquilles se seraient donc glissées dans les livrets d’exercices incriminés au moment de leur réimpression par la maison d’édition”, dit le communiqué. Croyez-vous que cela soit possible? Cette façon de trouver des coupables pour une évidence est loin d’être responsable. Une imprimerie ne saurait se substituer en cabinet de correction pour modifier un fichier que des spécialistes de la pédagogie ont validé et transmis pour impression. C’est pourquoi, toute autre explication tendant à rejeter la faute sur l’imprimeur ne semble pas tenir débout. Au contraire, elle enfonce davantage le ministère avec à sa tête sa première responsable sur le dysfonctionnement regrettable de ce département très sensible.

VOICI LE COMMUNIQUE DU MINISTÈRE 

NOTE D’INFORMATION RELATIVE AUX ERREURS CONTENUES DANS LES CAHIERS QUOTIDIENS DES CLASSES DE CP1 ET CP2 :

” Le Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle a constaté la présence de quelques fautes dans les livrets d’exercices intitulés « Mon Cahier Quotidien, revu et corrigé» pour les classes des Cours Préparatoires 1ère et 2ème années « version 2019, des Editions NEI-CEDA ».

Selon une enquête interne du Ministère, la version souche validée par ses services en 2014, ne comporte pas les erreurs relevées dans la version rééditée en 2019 par la maison d’édition.

Des fautes de cette nature ne sauraient échapper au processus de correction, puis de validation, des ouvrages scolaires, assuré par la Direction de la Pédagogie et de la Formation Continue (DPFC).

Les coquilles se seraient donc glissées dans les livrets d’exercices incriminés au moment de leur réimpression par la maison d’édition.

Aussi, le Ministère a-t-il demandé aux éditions NEI-CEDA de prendre toutes les dispositions nécessaires en vue de corriger ces manquements de l’édition 2019, conformément à leur cahier de charges de l’édition 2014, transmis à ses services et qui avait obtenu l’agrément.

Les livrets en question seront corrigés et réédités.

En ce qui concerne les exemplaires déjà sur le marché, un correctif, appelé erratum, sera imprimé par l’éditeur et joint à chaque ouvrage.

Le Ministère de l’Éducation Nationale de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle rassure tous les acteurs et partenaires du système éducatif de son engagement à veiller à ce que de tels désagréments soient évités.

P/ le Ministre et par délégation,
le Directeur de Cabinet

KABRAN Assoumou “

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook