Depuis Dakar, Alain Lobognon (Pro-Soro) avertit les Pro-Gbagbo: « Nous ne sommes pas des poules mouillés: j’ai dit »

Dans un texte qui nous est parvenu, l’ancien ministre ivoirien des sports exprime sa solidarité aux pro-Gbagbo qui ont exhibé une joie inouïe à la fausse alerte de la libération de l’ancien président Laurent Gbagbo par la Cour Pénale Internationale. Cependant, il avertit certains irréductibles qui manifesteraient un désir de vengeance:« les partisans de la Réconciliation en Côte d’Ivoire ne sont pas des poules mouillées. J’ai dit! ». Une phrase qui en dit long et devrait amener à réfléchir. Nous vous proposons l’entièreté de son sa déclaration faite depuis la capitale sénégalaise.  

Déclaration:

Irréductibles, vous n’avez aucun permis de revanche sur quiconque en Côte d’Ivoire!

L’actualité en Côte d’Ivoire est dominée par le procès à la CPI et l’interview accordée par le président Henri Konan Bédié à la chaîne FRANCE24. La libération du président Laurent Gbagbo reste une préoccupation de nos compatriotes. Nous ne nous sommes pas trompés en 2017.

La Justice internationale était invitée à donner une chance à la paix en Côte d’Ivoire en s’engageant à libérer nos frères détenus à la CPI. Le procès du 13 décembre 2018 et l’issue de son délibéré montrent la nécessité pour la Côte d’Ivoire de solder courageusement la crise de 2011.

En nous rejoignant pour la première fois dans notre position qualifiée à l’époque d’irresponsable par les ennemis de la paix en Côte d’Ivoire, le président Henri Konan Bédié montre que la libération du président Laurent Gbagbo reste une solution pour la Réconciliation chez nous.

Il n’a pas tort l’Homme de Daoukro. Ces 7 années en prison n’ont rien apporté de positif à la Côte d’Ivoire qui aurait pu en quelques années faire une catharsis nationale afin d’essuyer les larmes de ses enfants et permettre aux familles endeuillées de faire leur deuil.

LIRE AUSSI :   Chefferie traditionnelle/Les Atchans ont-ils retrouvé l’unité ?

Quel que soit le verdict des Juges de la CPI, aucun camp ne devrait clamer une quelconque victoire sur un autre. Parce qu’il y a eu un drame Ivoirien qui attend d’être cicatrisé par la classe politique dans son ensemble.

Depuis Dakar, j’ai pu constater la joie de partisans et sympathisants du camp du premier président de la Deuxième République de Côte d’Ivoire. Certains parmi les manifestants se seraient montrés désobligeants à l’endroit d’autres compatriotes, laissant apparaître ce côté bestial et immonde que je combattrai toujours. Des menaces de mort, des injures grossières… etc.

Tous ces supposés irréductibles du président Laurent Gbagbo n’ont pas le droit de croire qu’ils disposent d’un permis de vengeance ou de revanche sur d’autres Ivoiriens, une fois la CPI aura prononcé une libération. Ceux qui les conseillent, doivent se remettre en cause.
Dans tous les cas, les partisans de la Réconciliation en Côte d’Ivoire ne sont pas des poules mouillées. J’ai dit!