De l’absence de Dieu dans nos vies

Frères et sœurs ivoiriens, je voudrais que  cette publication ne soit  considérée que comme une contribution à l’instauration de la paix dans notre pays. Nullement, et Dieu m’est témoin, qu’aucun objectif politique ne me guide.

Des prétendus hommes de Dieu vous auraient parlé de la part de notre Seigneur Jésus. Je ne veux nullement prendre le contre-pied de leurs déclarations.

L’histoire que je vais vous raconter est basée sur la vérité et rien que la vérité. Les acteurs sont pour la plupart contemporains et je voudrais m’excuser auprès de ceux-la pour n’avoir part pris soin de les informer avant la publication.

Le souci de vérité me guidant , je ne peux faire autrement.

En 2002 , plus précisément , 19 Septembre 2002, alors que je venais à peine de me convertir à Christ Jésus, j’eus une vision qui a provoqué ce dialogue qui va suivre . Dialogue dans lequel le Seigneur me dit de façon claire, va à la télévision nationale, dire de ma part que Laurent Gbagbo n’est plus président de la Côte d’Ivoire, c’est moi Jésus qui dirige désormais ce pays. Tout ça va finir par le dialogue.

– Quoi ? Lui rétorquais-je, ces gens qui ont tué nos frères, nos parents à Bouaké et à Sakassou ? Comment ça, ça va se terminer par le dialogue. Et lui Jésus , haussant la voix, me répondit de façon sévère!

-je te dis ,ça va se terminer par le dialogue.

-Ok , bon comme tu es Dieu, tu vas toucher nos cœurs de sorte qu’on oublie sinon ils nous ont fait mal.

Cette vision, je l’eus à la faveur d’une retraite chez le Pasteur Mohamed Sanogo qui m’a engendré et que je salue de passage, Je la racontai donc aux 02 pasteurs qui nous encadraient ; le Pasteur Kouassi …, actuellement Pasteur Vase d’Honneur Treichville, et Anebo Joel .

De façon ironique, ils m’ont dit que j’avais fait un coup d’état spirituel.

Dès le lendemain, le Président Laurent Dona Fologo s’envola pour le Togo et les pourparlers débutèrent pour aboutir à Marcoussis ou le pouvoir de Gbagbo fut saucissonné, bien qu’il ait gardé le pouvoir d’Etat.

En 2010, à la veille des élections, je pris part à une séance de prière organisée par l’Evangéliste Kouamé Timothée que je ne connaissais ni d’Adam ni d’Eve, la prière se tenait à la MAPE en face du CHU de Cocody, un Lundi soir et la séance de prière était dirigée par un homme de Dieu venu du Ghana dont le nom m’échappe aujourd’hui. Cet homme de Dieu que je rencontrais également pour la première fois me révéla que pour cette crise, le Seigneur m’avait donné une mission que je n’ai pas accomplie, et c’est lui qui me  dit que concernant cette crise, le Seigneur m’avait envoyé à la télévision délivré un message que je n’avais pas fait. Alors prenant la parole, il me dit  de façon claire le message dans un anglais rendu par un traducteur : il t’a dit d’aller à la télévision, que Gbagbo n’était plus président de ce pays et que c’était lui-même Jésus qui y était à la tête.

08 années s’étaient écoulées et j’avais complètement oublié la mission, c’est ce jour qu’il m’apprit que j’allais servi le Seigneur en tant être évangéliste.  Mon étonnement fut tellement grand que je lui fis la remarque : Mais je ne sais pas parler !!!!!

Reprenant la parole, l’évangéliste Kouamé  Timothée me donna des conseils, mit fin à la cérémonie en estimant que c’était pour moi que cette rencontre avait eu lieu, en estimant , dit-il que l’Homme de Dieu devait regagner son pays depuis le Dimanche .

Dès le mardi, l’apôtre Daniel Bakassa, vint m’offrir de la part du Seigneur, la houlette du berger. Le mercredi qui a suivi, l’évangéliste Kouamé Timothée vint à mon bureau, là , nous avons fait plus ample connaissance. Je reçus de lui des conseils et il promit m’encadrer .

Le vendredi qui a précédé les élections en 2010, l’évangéliste Kouamé Timothée, m’envoya une invitation à prendre part à une séance de prière qu’il organisait à l’Hôtel Communal de Cocody. Je m’y rendis, il y avait une grande foule. Bien avant le début, l’évangéliste se présenta et fit cette annonce : « Est-ce que le Commissaire Bhégnin est là , s’il est là, qu’il vienne me voir. » Quand j’entrai en contact avec lui, il m’annonça qu’il avait un problème de chaise , qu’il avait besoin de ma 4 X4 , mais le problème avait déjà été résolu. A  cette cérémonie, je remarquai qu’il y avait plein d’hommes de Dieu mais je reste sur l’essentiel. Quand débuta la cérémonie de prière, on pria contre Konan Bédié, Alassane Ouattara, les Etats Unis,la France,  et on pria pour que Dieu fit tourner les résultats à la faveur de Laurent Gbagbo. Ma stupeur fut d’autant plus grande car à un moment donné , le pasteur Gadji Abraham, s’est mis à crier : ça y est ,ça y est , le décret est signé , Laurent Gbagbo est élu. Je restai bouche bée et perdis toute mes capacités. Je restai imperturbable mais fort surpris, je profitai d’une acalmie et profitai pour sortir de la salle.   Je m’engouffrai donc dans mon véhicule . Du lieu de la cérémonie à mon domicile, je n’ai eu de cesse de m’interroger sur l’attitude de l’évangéliste Kouamé Timothée et cherchant vraiment à comprendre le mobile de ce revirement de sa part. N’est-ce pas lui-même qui m’avait rappelé la mission à moi confier par le Seigneur. Je ne comprenais rien. Aujourd’hui, à froid, je compris que l’argent avait fait un effet et que la Politique était rentrée dans l’église.

Le Lundi Matin, je reçus à mes bureaux un policier des Renseignements Généraux (RG) me disant ; « Ah Patron, quand on vous voit dans des cérémonies comme ça, ça nous donne le courage. » Je compris dès lors que j’étais en danger.

Le 19 Avril 2019, après des vacances passées en France et à Dubaï, je reçus les instructions du Seigneur pour aller chercher sa face à Bouaké ; je me retirai dans mes appartements à Bouaké, là je reçus les instructions, le Seigneur me dit dans une autre vision, d’aller voir le Sieur Karim Ouattara, pour qu’il me conduise chez le Premier Ministre parce que la Côte d’Ivoire doit faire une séance de repentance nationale. Il me dit comme ça : «  Tu ne leur demandes rien, tu obtiens du Premier Ministre que des passages à la Télévision Nationale, je te donnerai tous les moyens. Il me donna donc les textes. Pour votre meilleure analyse, je suis administrateur pour le compte de la MUGEFCI à la MUCREFCI (Mutuelle d’épargne et de crédit des fonctionnaires de CI) et Karim Ouattara en est le PCA, celui qui est aujourd’hui également Directeur Général du BURIDA.

A l’époque des faits, il était au Marché Publique ; De Bouaké, je pris rendez-vous avec Karim Ouattara sans lui dire l’objet de ma visite. Le Mardi 28 Mai, au matin entre 09h et 10h, je me présente donc à son bureau et je lui dis comme ça : « Dieu dit de venir te voir et tu vas me conduire chez le Premier Ministre parce que la Côte d’Ivoire doit faire une séance  de repentance nationale ». Je ne vous décris pas la stupeur de mon Patron qui fut éjecté de son fauteuil et se tenant débout devant moi, me dit comme ça : « Mais Je ne connais pas le Premier ministre !!! Bon du moins, je le connais comme tous les ivoiriens, bon j’ai eu à le rencontrer 2 fois, une fois, on a eu à effectuer un voyage ensemble en allant à Washington, une autre fois, il nous a reçu à la faveur d’une grève des régistres financières comme syndicaliste. Bon j’ai des amis  dans son staff, alors, le jour qu’il irait à Korhogo, je prendrai rdv avec lui. Mais je lui dis d’une voix calme à mon tour, « Mais celui qui m’a dit de venir te voir là, ce n’est pas un menteur! » Mon patron était toujours débout devant moi, moi donnant dos à la porte d’entrée, je ne sus que la porte s’était ouverte. Il perdit toute voix, au moins  pendant quelques secondes, je vis dans ses yeux quelque chose d’inhabituel. Son regard partait successivement de sa porte à moi et de moi à sa porte/ Je l’entendis succinctement me dit : « Ah, on dirait que ton affaire-là va se faire hein, On parle du Premier Ministre et puis voici Mme Gon Coulibaly ». Moi-même, sur le coup, je ne compris pas et c’est lorsque mon patron me présenta une dame comme étant Mme Gon Coulibaly que je compris toute l’affaire. Diane Gon Coulibaly est l’épouse du Colonel Major Gon Coulibaly que je ne connaissais pas d’ailleurs, chargé des affaires du Palais. Inutile de vous dire mon état d’esprit de ce moment ! Ce jour-là, j’ai eu peur de Dieu !  Si j’avais dit à Mr Karim Ouattara  l’objet de ma visite, j’aurai compris qu’il avait eu le temps de se préparer. Et cette dame, lorsqu’elle avait pris la parole, fut emballée et fut honorée que Dieu passe par elle pour régler cette situation et en moins de 02 minutes, elle avait réglé le problème par un simple coup de fil en précisant que c’est chez sa mère que cela va se passer mais qu’il fallait néanmoins faire un écrit, déposer à la primature pour le suivi. C’est ce que je fis et j’ai encore aujourd’hui la décharge.

Un mois plus tard, je ne me souviens plus exactement de la date, le Prophète Léonard qui est à l’église avec moi vint m’annoncer que le Seigneur lui avait parlé, qu’il avait reçu une visite divine. Il m’annonça qu’il avait eu un songe dans lequel le Seigneur lui avait dit que mon courrier était parvenu à qui de droit, au Premier Ministre, que d’Ailleurs, ils avaient eu deux rencontres à ce sujet, mais qu’ils avaient conclu pour dire que Dieu n’était pas dans leur affaire. La suite, tout le monde la connait. On n’a pas besoin de sortir de Polytechnique pour comprendre que Dieu ne peut pas être dans une affaire de Franc-maçon. On n’a pas besoin d’être intelligent pour comprendre que Dieu n’est pas dans une affaire de couper la tête des gens ! Tout le monde sait cela.

Frères et sœurs ivoiriens, il me revient en ce moment  une déclaration du Général Poncet de la Force Licorne qui disait : «  si vous voulez voir Dieu, allez-y en Côte d’Ivoire. «

Jésus est à la tête de la Côte d’Ivoire, c’est parce que nous l’ignorons, il me l’a dit et je crois. Tournons-nous vers lui car ce n’est point un homme, ni un groupement politique qui nous sauvera, mais Jésus lui  seul.

En 2010, lorsque est intervenue la crise, ayant même oublié ce que le Seigneur m’avait dit, j’ai voulu comprendre la situation, je suis allé à la maison des Juristes, j’ai acheté les textes du Journal Officiel qui déterminaient les élections de ce moment. Ayant compris que le droit et la vérité étaient du côté du Golf, j’ai appelé le Ministre Ahmed Bakayoko à qui j’ai émis le vœu de les rejoindre. Il m’avait mis en contact avec le Général Gueu Michel ; Rendez-vous avait été pris alors, je devais me rendre au Sébroko  pour prendre l’hélicoptère devant me conduire au Golf. L’heure et le lieu avaient été fixés. Mais la nuit, j’ai mis mes deux genoux par terre pour demander que Seigneur, que ta volonté soit faite selon ta volonté. Le jour j, j’ai attendu de 09 h à 19 h, point de coup de fil, alors je suis rentré chez moi jusqu’à aujourd’hui.

Evangéliste Kouadio-Bhégnin

Facebook