Crise socio-politique/ Que la Côte d’Ivoire retrouve sa quiétude

Par Yann Dominique N’guessan/afriquematin.net

Hier  lundi 9 novembre 2020, les populations des différentes régions du pays se sont manifestées en répondant   massivement à l’appel du mot d’ordre de désobéissance lancé par  l’opposition. Ces  manifestations ont mobilisé toutes les couches sociales des habitants des communes et des villes de l’intérieur du pays.

Très tôt le matin les différentes couches sociales des villes de l’intérieur et des capitales économique et politique du pays étaient en ébullition.  Des  marches pacifiques comme à Djèkanou, Kokoumbo, Daoukro, Yamoussoukro, allant à des processions, ont été organisées. Ce  qui a occasionné l’arrêt de certaines  activités, les commerces ont vu leurs pavillons fermés et des  véhicules de transport  à l’arrêt.

Malheureusement ces manifestations ont enregistré des pertes en vies humaines à Sikensi-Elibou où trois personnes ont trouvé la mort par balles  et des blessés. Ce  bilan a été également enregistré à Daoukro, selon le Nouveau Réveil.

A l’issue de la confrontation entre les deux parties, l’on a déploré et enregistré un mort et plusieurs blessés graves  dans ladite ville, rapporte le support qui précise que les affrontements qui s’en sont suivis dans cette ville, l’ont été à coups de pierres et de machettes. Outres ces localités, Yopougon, Anono, Bingerville, Bongouanou, M’batto pour ne citer que celles-ci, ont également été le théâtre d’affrontements entre populations et forces de l’ordre. Souhaitons que ces escalades de violences prennent fin afin que la Côte d’Ivoire retrouve sa quiétude d’antan.

.

Facebook