CPI/L’ex-chef de guerre congolais Bosco Ntaganda risque gros

 

La thèse de l’accusation de l’ex-commandant en second de l’Armée patriotique pour la libération du Congo Bosco Ntaganda est qu’il voulait s’emparer des sous-sols de l’Ituri, riches en  mines d’or, de coltan, de diamants.

Mais le procès en a plus dit sur l’horreur quotidienne infligée sous ses ordres, lors des violences de 2002 et 2003, que sur son propre enrichissement. Des civils, hommes, femmes, enfants massacrés à l’église de Savo, des viols, des pillages, des destructions. L’accusation évoque plusieurs  morts et plus d’un millier de déplacés sur ce seul épisode des guerres de l’Est congolais.

L’acte d’accusation ne couvre qu’une infime partie des 25 ans de carrière du milicien, qui risque jusqu’à 30 ans de prison, même si le procès n’a fait qu’effleurer ses soutiens rwandais, ou s’il a fait l’impasse sur les derniers combats de Bosco Ntaganda au sein du M-23 – la dernière milice qu’il a commandée – quand il régnait en seigneur de guerre sur le Nord Kivu.

Lâché par le Rwanda en mars 2013, il n’avait alors d’autre choix que la reddition ou la mort. À La Haye, au cours des quatre années de procès, le milicien n’a rien dit du soutien rwandais à ses guerres. Mais experts et natifs des Grands Lacs estiment qu’il est venu en bon soldat à la Cour. S’il est reconnu coupable, il emportera néanmoins dans sa future prison les secrets de l’est congolais.

La peine ne sera pas prononcée avant plusieurs mois, mais l’ex-milicien risque jusqu’à 30 ans de prison.

Source : rfi.fr

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Comparer

Facebook