Côte d’Ivoire-Paul Koffi Koffi « Les prochaines générations doivent affirmer et afficher l’Etat de droit… »

Ingénieur statisticien économiste de l’Ensea à Abidjan et l’Ensea à Paris, titulaire d’un International Executive MBA en Management à l’ISM de Paris et St John’s Université de New York, il a fait le cours du FMI sur la programmation économique et financière. Le Dr Paul Koffo Koffi est l’actuel Commissaire à l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uémoa) en charge de l’Aménagement du territoire communautaire et des transports et  est  depuis le mois d’Avril 2019, Docteur en Sciences économiques. Voici quelques morceaux choisis de l’entretien accordé au confrère Barthélémy Kouamé et publié par le site d’information générale afriquematin.net.

Deux (2) générations  sont passées, on attend la Troisième

«Il faut noter que de 1960 à 1990, l’Afrique a eu pendant 30 ans les pères de la Nation au pouvoir avec leurs modes de fonctionnement dans un système de parti unique et une gestion sans partage. Ils se sont battus pour les indépendances politiques. Et puis en 1990, avec l’ouverture démocratique dans le monde, il y a eu la deuxième génération de Chefs d’Etat. Leur gestion s’achève en 2020 soit aussi 30 ans.

Le constat est souvent amer, car les leaders de la deuxième génération dans la majorité des cas n’ont pas mieux fait que leurs prédécesseurs, leurs aînés. On assiste en dépit de croissance forte du PIB par-ci, par-là, à des niveaux de seuil de pauvreté élevés autour des 40%. Le continent Africain est celui qui recèle le plus de pauvres et le moins de pays émergeants. L’Asie a pris son envol et a décollée.

Nous attendons l’arrivée de la prochaine génération des leaders Africains, la troisième pour des lendemains on espère meilleurs. Elle doit affirmer et afficher l’Etat de droit qui est la porte d’entrée de la consolidation démocratique nécessaire à l’émergence économique. La Covid est venue compliquer l’équation mais donne des opportunités de se remettre en cause.»

«Parfois quand c’est bleu, il faut dire que c’est rouge »  

«J’ai constaté dans la carrière qu’on était toujours aux ordres et que les gens se contre fichaient de vos opinions sur les événements. C’est bien dommage, on écrit très peu en Afrique.

Dans le continent ou dans notre pays, vous avez des gens hyper diplômés, compétents, brillants et experts dans leurs domaines, mais ils n’écrivent pas pour éclairer l’opinion sur leur science, métier ou discipline. Ils finissent leur carrière avec leurs expériences et diplômes sur les bras. Il faut servir, servir et se taire.

Le Dr Paul Koffi Koffi est l’actuel Commissaire à l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uémoa) en charge de l’Aménagement du territoire communautaire et des transports et est depuis le mois d’Avril 2019, Docteur en Sciences économiques.

A côté de vous on préfère allez chercher une expertise internationale alors que les gens ont les compétences autour d’eux. Parfois, quand c’est bleu il faut dire que c’est rouge. Pour éviter ou réduire la non utilisation des compétences locales, il faut écrire et accoucher ses idées sur papier. Il faut néanmoins reconnaître que les pouvoirs Africains se méfient des écrivains, alors ça décourage certains.»

Une somme d’expérience à valoriser 

«J’ai servi pendant au moins 37 ans à des niveaux divers dans la fonction publique nationale et à l’internationale sur des questions très diversifiées et je suis aussi un praticien du développement. J’ai servi au Ministère du Travail, à l’Economie et aux Finances, au Cabinet de cinq (5) Premiers ministres, et comme membre du Gouvernement.

 Elu, et aussi à l’international dans plusieurs pays dans des organisations internationales comme la Guinée et Madagascar et actuellement à l’UEMOA à Ouagadougou pour couvrir huit (8) pays. J’ai cette longue expérience diversifiée j’écris pour partager. C’est le cas du «défi du développement ». J’ai encadré la rédaction du DSRP de Côte d’Ivoire pour bénéficier de l’allègement de la dette, et j’ai piloté plusieurs projets. Ça me donne des idées.

Je suis aussi enseignant, j’ai enseigné à l’ENSEA, à l’ENA, à l’ENSPT, etc, par exemple mon ouvrage sur « le Management stratégique » est mon manuel à l’ENSEA que j’ai transformé en livre. L’ouvrage sur « l’employabilité des diplômés… ». J’ai traduit ma thèse de Doctorat en Economie en livre de même que mon expérience au Gouvernement à l’Enseignement Technique et à la Formation Professionnelle.»

Des œuvres pour la postérité 

Paul Koffi Koffi est un haut cadre de l’administration ivoirienne et fonctionnaire international. Il a même été ministre ayant dirigé au moins deux départements au sein du gouvernement ivoirien.

Découvrez une bibliographie déjà bien fournie qu’il compte enrichir et son premier ouvrage date de 2008 et le dernier à ce jour de 2017.

Il s’agit entre autres de :

  • Le défi du développement en Côte d’Ivoire Ed Harmattan, 2008 ;
  • Houphouët-Boigny et les mutations politiques en Côte d’Ivoire 1980 à 1993, Ed Harmattan, 2010 ;
  • Les années Bédié : 1993-1999 et l’appel de Daoukro de 2014, Frat Mat Editions, 2017 ;
  • Management stratégique, approches et expériences, Editions Tabala ,2017 ;

Voici ceux qui sont prêts et annoncés pour 2021

  • Employabilité des diplômés du secteur éducation-formation en Côte d’Ivoire ;
  • Horizon 2040.

Pour lui, «cette inspiration vient essentiellement de trois (3) situations. La première de mon éducation de base faite dans les livres avec feu mon père Instituteur qui nous a, dès le bas âge, appris à aimer la lecture. Je m’abreuvais de sa modeste bibliothèque à la maison après les cours pour lire les auteurs Africains de l’éditeur « Présence Africaine » avec les Camara Laye, Bernard Dadié, Mongo Beti, etc, puis il y a les Victor Hugo, les Philosophes Grecs ou des Lumières comme Montesquieu, mais aussi les savants, Physiciens, Mathématiciens, Prix Nobel, comme Einstein, Cheick Anta Diop, etc.»

Source: opera news

Facebook