Côte d’Ivoire/Laurent Gbagbo depuis sa terre natale fait des révélations

 

Devant des chefs de terre et de village à Mama (Gagnoa), l’ancien chef d’État Laurent Gbagbo fait le récit de son arrestation.

Ci-dessous le discours de Laurent Gbagbo

Je vous remercie pour tout ce que vous avez fait. On m’a emmené là-bas mais quand tu sais que tu n’as rien fait, tu es tranquille. J’ai fait 7 ans à la Haye et 1 an à Korhogo. Je n’ai pas vu les jours passés parce que les africains m’ont adopté et je les recevais chaque jour. Taylor, bemba et moi cotisions pour nourrir les africains qui étaient en prison avec nous.

Il faut remercier ma petite femme Nady. Il faut la remercier parce que quand on est en palabre avec une femme on dit tout sur elle. Mais ce qu’elle a fait de bien aussi il faut dire. Nady a quitté Accra où elle était en exil, pour demander l’asile au Pays-Bas, pour être à la Haye à côté de moi et venir me voir toujours.

Les Pays-Bas ne lui ont pas accordé l’asile et c’est donc la Belgique qui lui a accordé l’asile. Elle était à Bruxelles donc, et de Bruxelles à la Haye ça fait 200 km.

Elle a bloqué 3 jours : mardi, jeudi et samedi, où elle était avec moi. Elle faisait 400 km en voiture, au volant. C’est ça qu’elle a fait pour moi principalement.

Elle me nourrissait aussi, parce que je n’avais pas d’argent là-bas. C’est elle qui me donnait chaque mois de l’argent ; parce que la nourriture qu’on nous sert en prison n’est jamais bonne (même si c’est une prison de blancs).

Au début j’avais un peu peur parce que je pensais que mes gens ont fait des choses qu’ils m’ont cachés. Pour moi c’était des amusements ce qui se passait à la Haye car il n’y avait rien de sérieux. Il fallait simplement écarter un adversaire gênant.

Les blancs même ont su que je ne suis pas un criminel. Vous pouvez m’accuser de beaucoup de choses mais je ne suis pas un criminel. Les juges même ont demandé à nos avocats de plaider puisque les témoins de l’accusation nous ont blanchi. Nos avocats ont plaidé le juge Cuno Tarfuser a jugé que le dossier de l’accusation a été très faible et 2 sur 3 des juges ont décidé de nous acquitter et de nous libérer mais Bensouda a décidé de faire appel. Après notre libération j’étais dans un hôtel et Blé dans un autre. Un jour un ministre belge m’envoie un document pour me dire que je faisais de la politique puisque j’avais reçu le président du PDCI et une délégation de son parti dirigée par Guikahué alors que je ne devais pas le faire. Je lui ai répondu que c’est à cause de la politique que vous m’avez envoyé ici et c’est la politique qui va me sortir d’ici. L’appel du procureur était une affaire de honte.

Je suis là cher parent et je me porte bien. J’invite tous les cadres du Goh à l’union. »

Les commentaires sont fermés.