Côte d’Ivoire/ Message de nouvel an : Le Président Alassane Outtara drible le procureur Adou Richard

Par Serikpa Djeckou De Sylva/afriquematin.net

L’on se rappelle, le président ivoirien Alassane Ouattara, 78 ans, avait été réélu pour un troisième mandat controversé avec un score-de 94,27% des voix au premier tour. Et pourtant, l’opposition avec le Président Henri Konan Bédié en tête, avait boycotté le scrutin, à travers le Conseil National de Transition (CNT). Une organisation politique qui s’opposait à ce troisième mandat qualifié d’anticonstitutionnel.

Face à cette opposition, l’armée ivoirienne avait en son temps, dressé des blocus aux domiciles de l’ancien chef de l’Etat ivoirien, Henri Konan Bédié, et des leaders de l’opposition, proches de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, tous membres du CNT.

A Abidjan et dans l’ensemble des villes de l’intérieur du pays, Henri Konan Bédié et le CNT ont bénéficié d’un soutien réel des populations qui s’étaient systématiquement opposé à ce troisième mandat qualifié de trop. Un soutien national et diplomatique qui avait permis d’amorcer un dialogue entre le président ivoirien, Alassane Ouattara et le principal opposant Henri Konan Bédié et destiné à faire baisser la tension dans le pays.

La Côte d’Ivoire était dans cette paix quand le 17 juin, Laurent Gbagbo est autorisé par la Cour Pénale Internationale que son dossier « était vide », pouvait rentrer dans son pays la Côte d’Ivoire. Il y a lieu de rappeler qu’autrefois adversaires, Bédié et Gbagbo s’étaient rencontrés à Bruxelles, dix ans après la crise post-électorale et à un an de l’échéance présidentielle de 2020.

Un communiqué a été signé par l’entourage des deux anciens chefs d’État. Ils parlent désormais d’une seule voix.  « Les présidents Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo ont lancé un vibrant appel à tous les partis politiques, aux associations, à toutes les organisations de la société civile et à toutes les communautés vivant en Côte d’Ivoire, à s’engager résolument dans la voie de la Réconciliation nationale pour asseoir une paix sociale durable et définitive, facteur de développement, de prospérité et de vie harmonieuse entre toutes les composantes de la nation ivoirienne ».

Grâce aux initiatives prises par le Président de la République, Alassane Ouattara, depuis la rencontre avec le Président Bédié jusqu’à celle qui s’est déroulée le 27 juillet dernier avec le Président Gbagbo, « dans un climat de solennité et de fraternité, la démocratie ivoirienne avance dans la paix, la tolérance et le dialogue », avait déclaré le Premier Ministre Patrick Achi.

Au moment où les trois grands leaders regardent dans la même direction pour une Côte d’Ivoire réconciliée pour un développement durable, le Procureur de la République Adou Richard sort un carton – contre l’opposition. Il a rendu ses conclusions à la conférence de presse du lundi 27 décembre 2021 ; « tous ceux qui ont contribué à la désobéissance civile des élections présidentielles de 2020 seront poursuivis », a-t-il annoncé. Selon lui, il s’agit de toutes les personnes dont la culpabilité pourrait être retenue au cours des procès à venir. « Ils subiront toutes, la rigueur de la loi pénale, l’objectif étant de lutter contre l’impunité des auteurs des infractions graves commises surtout à chaque période électorale », a-t-il poursuivi.

Il a rappelé que l’unité spéciale d’enquête sur les violences liées à la présidentielle de 2020 a rendu ses conclusions, « cette unité composée de 40 policiers et gendarmes placés sous la houlette du procureur d’Abidjan a enquêté pendant 6 mois sur les violences politico-ethniques qui ont fait 85 morts entre août et novembre 2020 », a-t-il indiqué.

À l’époque l’opposition rejetait la candidature d’Alassane Ouattara à un troisième mandat puis avait contesté sa réélection. Selon le procureur, plus de 270 personnes sont impliquées à des degrés divers. Il revient maintenant aux juges d’instruction de choisir qui poursuivre.

Dans son message de fin d’année le Chef de l’Etat déclare, « je suis très heureux de vous retrouver, en cette fin d’année 2021, à l’occasion du traditionnel message à la Nation. Depuis que vous m’avez accordé votre confiance, nous connaissons, ensemble, année après année, des avancées importantes et des progrès indéniables dans notre pays ». Poursuivant, le chef de l’Etat annonce que « le creuset de tous ces progrès, c’est la paix. Cette paix que nous a léguée le Père de la Nation, le Président Félix Houphouët-Boigny et que nous devons chérir comme notre bien le plus précieux. Cette paix, nous l’avons retrouvée, avec bonheur, grâce aux efforts de chacune et de chacun de vous ainsi que de toutes les forces vives de la Nation ». Une adresse qui s’oppose dans son ensemble, aux conclusions des enquêtes du Procureur Adou Richard.

Pour rappel, la coalition des partis de l’opposition dirigée par le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), Henri Konan Bédié, avait appelé la population ivoirienne « à se mobiliser pour des manifestations sur l’ensemble du territoire », ainsi qu’à la désobéissance civile et au boycott actif. Cette désobéissance civile et ce boycott actif visaient, selon leurs initiateurs, à empêcher par tous moyens, la tenue du processus électoral.