ads bas

Côte d’Ivoire/ Lois sur les ALPC : la société civile et les journalistes outillés  

ads bas

Par Marcel Hollay – coll.

Les Organisations de la société civile et les journalistes se sont réunis les 23 et 24 Août dernier à Jacqueville autour d’un atelier de formation en vue de renforcer leurs capacités dans le cadre de la mise en œuvre de la campagne de plaidoyer et de lobbying pour l’harmonisation du cadre législatif ivoirien avec les instruments juridiques internationaux sur les armes.

Cette rencontre organisée par le Réseau d’Action sur les Armes Légères en Afrique de l’Ouest section Côte d’Ivoire (RASALAO-CI) en collaboration avec FRIEDRICH EBERT STIFTUNG et la Fondation SERENTI a tourné autour du thème « plaidoyer pour l’harmonisation du cadre législatif ivoirien avec les instruments juridiques internationaux sur les armes légères et de petits calibres ».  Décortiqué par des spécialistes ivoiriens que sont Messieurs FAMAN TOURE et KOUASSI ADRIEN, le premier cité, Juriste de profession a pour commencer, présenté les textes du Traité sur le Commerce des Armes (TCA) échafaudés sur les principes et buts de la charte des Nations Unies et la Convention de la CEDEAO qui ont pour objectif la préservation et le maintien de la stabilité sécuritaire dans le monde et dans la sous-région.

Monsieur FAMAN TOURE a communiqué les différents articles contenus dans les deux lois internationales sur les armes légères et de petits calibres et arboré les armes contrôlés par les textes. Par la suite, il a évoqué les failles de nos services de contrôles frontaliers qui ne sont pas dotés de matériels sophistiqués en la matière puis a expliqué l’importance de la domestication de ces lois en Côte d’Ivoire.

Quant à son homologue Monsieur KOUASSI Adrien, spécialiste en Gouvernance Sécuritaire, les défis et enjeux de l’Harmonisation du TCA ont été au centre de son exposition. Il a proposé qu’un cadre juridique exhaustif, clair et transparent soit appliqué en rapport avec les lois internationales en vigueur et surtout la prévention du risque de détournement et de corruption ne soit pas écarté dans le plan d’action pour l’harmonisation du cadre législatif ivoirien.

Ces journées de formation et de renforcement  ont été clôturées par des travaux pour l’élaboration de plan de sensibilisation auprès du gouvernement, des députés et des populations.                                                                                                                Rappelons qu’une cérémonie d’ouverture a précédé cet atelier dont a pris part Madame le Préfet de Jacqueville de Jacqueville.

Les commentaires sont fermés.