ads bas

Côte d’Ivoire/ Comment Alassane Dramane Ouattara prépare son futur gouvernement

ads bas

Quelles personnalités intègreront le nouveau gouvernement ivoirien après les législatives du 6 mars ? Jeune Afrique dévoile les critères fixés par Alassane Ouattara.

Le président ivoirien Alassane Dramane Ouattara  devrait former son prochain gouvernement après les élections législatives, prévues le 6 mars prochain, où depuis Assinie, il a effectué les derniers arbitrages dans le choix des candidats du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) à ce scrutin. Le président, qui a encouragé les actuels ministres à concourir, se séparera de ceux qui n’auront pas été élus, ou réélus. Certains ont d’ores et déjà décidé de ne pas se présenter, à l’instar du ministre du Pétrole Abdourahmane Cissé, qui ne brigue pas la circonscription de Port-Bouët, au sud d’Abidjan.

Conformément à ses engagements en faveur de la réconciliation, ADO prendra également en compte la nouvelle cartographie électorale, qui se dessinera après les législatives. Certains cadres modérés de l’opposition, issus du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) d’Henri Konan Bédié ou du Front populaire ivoirien (FPI) de Pascal Affi N’Guessan. Cette option, actuellement à l’étude, dépend en partie de l’issue des négociations entre le pouvoir et l’opposition.

Convaincu de pouvoir obtenir une majorité absolue au Parlement, le chef de l’État veut également miser sur les nouvelles générations. Il souhaite exclure tous les ministres qui ont plus de soixante ans, à l’exception des technocrates. Certains, en poste depuis son premier mandat, sont donc visés par un potentiel départ.

Pour faire son choix, Alassane Ouattara s’appuie sur le Premier Ministre, Hamed Bakayoko,  le directeur exécutif du RHDP Adama Bictogo et, le secrétaire général de la présidence Patrick Achi. Ils  ont pour mission de lui proposer des noms de cadres et de technocrates. Des consultations informelles sont déjà en cours.

Enfin, Alassane Dramane Ouattara envisage également de nommer, après les élections législatives, de nouveaux directeurs généraux à la tête des entreprises publiques.

Source : jeuneafrique.com

Les commentaires sont fermés.