Colombie-Prix « Guachupe de Oro » /Corine Hazoumé honore la Côte d’Ivoire à Bogota

Par Justin Kassy/afriquematin.net (Source : Stéphane Konan)

 A la faveur d’une invitation dans ce pays, pour prononcer une conférence sur différents points, sur « les Droits culturels, le développement artistique, et le journalisme ethnique », Corine Hazoumé vient de décrocher un prix « Guachupe d’Oro », à Bogota, en Colombie, en début de ce mois de novembre. 

Pour décrocher ce Prix remis par les personnalités et institutions qui impactent le développement des Afro-Américains, – décerné chaque année -, depuis 1991 année de sa création, il a fallu à Corine de parcourir trois (3) continents. Un exploit qui relève du parcours de Titan.

Ce Prix de la Meilleure promotrice de la Culture Négro Africaine catégorie communication sera célébré. « J’ai été invitée vendredi 18 novembre 2022, dans le cadre enchanteur d’un espace hôtelier à la Riviera Golf Anono. La Plate-forme politique des femmes candidates de Côte d’ivoire (PLAPOFCA-CI) se prépare également à me recevoir », a-t-elle fait savoir.

 Corine Hazoumé indique qu’elle sera reçue très bientôt par sa famille politico-culturelle, une cérémonie au cours de laquelle, elle présentera son prix qui a une riche histoire aux autorités Ivoiriennes et africaines. « La destination Côte d’ivoire et la destination Afrique, ont été bien vendues, la culture ivoirienne et la culture africaine, ont été mises en valeur. Un geste significatif a été fait en faveur de la fondation Colombia Negra, des artisans colombiens et de l’église du Nord de Bogota pour les unions de prières », affirme-t-elle.

Pour elle la voie du succès se profile à l’horizon, car les retombées seront à la hauteur de la promotion. « Je tiens à remercier ma famille pour son soutien indéfectible, sans oublier le Ministère de la femme, la famille et de l’enfant de Côte d’Ivoire, pour son appui, son intervention, sa restitution, et son plaidoyer », a-t-elle annoncé.

LIRE AUSSI :   Education /Pr Séraphin Essane,Socio- anthropologu : « La politique de changement de l'Université en Afrique subsaharienne n'est restée qu'une idée »