Chefferie traditionnelle/Les Atchans ont-ils retrouvé l’unité ?

Par Iris Fabiola Yaëlle/afriquematin.net

La conférence de presse de la génération Tchagba au pouvoir tenue ce vendredi à la chefferie d’Anono pour dénoncer l’attitude calomnieuse et irrévérencieuse des sous-préfets de Bingerville et de Songon vis-à-vis des us et coutumes Atchan, aura permis de découvrir le « leadership d’un leader » en la personne de Djorogo Nangui Sévérin.

Chef du village d’Anono depuis 2017, Djorogo Nangui Sévérin, en moins de quatre années de règne a fait de son village, la terre de la liberté, de la dignité et de l’unité des peuples Atchans.

Il est en passe de faire du respect de la souveraineté traditionnelle, conférée par l’Etat de Côte d’Ivoire aux territoires villageois à travers sa loi fondamentale, un droit inaliénable et inattaquable.

Il en est ainsi parce que les villages Atchans, qui ont cédé leurs terres, et tout ce qu’elles comportent comme ressources, à l’Etat de Côte d’Ivoire dans le cadre du plan directeur de développement de la ville d’Abidjan, avec en contrepartie la réalisation d’infrastructures sociales, économiques, sportives et culturelles, voient ces engagements signés en février 1970 non-tenus.

Pire, les villages atchans, pour le peu de terres qui leur restent, sont aujourd’hui confrontés aux prédateurs du foncier et de l’immobilier qui piétinent, à volonté, les Us et coutumes en place pour assouvir des besoins mercantiles.

Il s’agit des Sous-préfets qui se sont désormais érigés, selon les termes de Nanan Djorogo Nangui Sévérin, en hommes d’affaires immobiliers.

Pour le besoin de la cause (?), dira-t-il, cette nouvelle race d’administrateurs abusant des pouvoirs qui leurs sont conférés, ont eu l’imagination extraordinaire de créer une nouvelle formule de désignation des Chefs de Villages en pays Atchan. Il s’agit des consultations populaires inventées à dessein pour abroger le processus traditionnel initialement basé sur la désignation par génération.

« C’est le lieu, en notre qualité d’héritiers de nos Us et Coutumes, de rappeler le processus de désignation de chef de village, selon nos valeurs héritées de nos ancêtres : La désignation de chef s’opère exclusivement au sein de sa génération et par sa génération ; et une génération ne peut désigner qu’un seul chef. Ensuite, la présentation publique est faite à la communauté villageoise en présence du chef de terre. Pour terminer, il s’en suit l’intronisation du nouveau chef par la personne exclusivement en charge de cette prérogative dans le village », a expliqué Nanan Djorogo Nangui Sévérin, estimant que les consultations populaires imposées par les Sous-Préfets de Bingerville et Songon, transgressant -, sont porteuses de germes confligènes et de division. En témoigne aujourd’hui les affrontements entre populations de même village à Abatta.

C’est pour faire face à cette situation très préoccupante pour le peuple Atchan que des représentants des chefferies des soixante et trois (63) villages se sont réunis à Anono, autour de leur nouveau leader Djorogo Nangui Sévérin, à travers qui, le peuple Atchan, longtemps marqué par les divisions d’intérêts, parle désormais d’une seule voix.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.