Bouaflé/ La semaine africaine de la vaccination lancée

Par Bernard N’dri- correspondant permanent/afriquematin.net

 Prévue pour s’achever le dimanche 30 avril prochain, c’est  l’espace Tchin-Tchin de Bouaflé,  qui a été choisi pour abriter le lancement  le 24 avril dernier, de la 7ème  édition de la semaine africaine de la vaccination (SAV).  Le thème, « Les vaccins protègent tout le monde,  faites vous vacciner», vise entre autres  à assurer une promotion plus accrue de la vaccination à travers des activités de communication et à  faciliter l’accès des populations cible au service de la vaccination. Procédant au démarrage de cette  édition, le  ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Raymonde Goudou Coffie, a rappelé  que la politique de gratuité de la  vaccination initiée par le gouvernement a permis de neutraliser hors du pays la poliomyélite,   d’éradiquer l’épidémie de la rougeole et le tétanos maternel et néonatal. C’est pourquoi elle a félicité les mamans qui sont à jour de leur vaccin et a insisté sur le fait que chaque parent doit vacciner son enfant.Bouaflé

Déplorant les violences faites sur les agents de santé par certains parents qui refusent de faire vacciner leurs enfants,  elle a mis en mission les autorités coutumières et religieuses sur la nécessité de mobiliser les populations pour la réussite de cette semaine africaine de la vaccination. Pour le président du conseil régional de la Marahoué,  Aby Koffi Richmond, la région de la Marahoué avec à sa tête le président Diby Koffi Charles ayant compris la place de la santé dans le développement d’une région a opéré d’importants investissements en matière de construction, de réhabilitation et d’équipement  d’infrastructures sanitaires. Selon lui, cette semaine africaine de la vaccination est d’une importance capitale,  c’est pourquoi, il reste convaincu que les élus locaux – ont un rôle très important à jouer pour que tous s’approprient de bons comportements et garantir la sécurité  sanitaire en sensibilisant nos populations sur la nécessité de respecter tous les programmes de vaccination». Le maire de la commune de Bouaflé, le docteur  Léhié Bi Lucien, s’est réjoui  du choix de sa commune pour abriter cette édition. A cet effet,  il  a annoncé l’adoption d’une ligne budgétaire  pour appuyer les activités de vaccination.

Le   représentant du premier responsable de l’Organisation mondiale de la santé en Côte d’Ivoire, Docteur N’Zué Koffi, a indiqué  qu’un enfant sur cinq en Afrique n’a pas accès aux vaccins salvateurs. Expliquant que cette situation que vivent les enfants africains entraîne des maladies évitables par la vaccination. Des maladies  qui continuent de faire de nombreuses victimes, notamment la rougeole, qui à elle seule cause chaque année  plus d’un millier de  décès en Afrique. « C’est également l’occasion de mieux faire comprendre l’importance de la vaccination, en s’assurant que chaque enfant reçoit tous les vaccins de base et que tout le monde est à jour de ces vaccins » , a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.