ads bas

Attentat de Grand-Bassam/Des suspects d’origine malienne sous les verrous

ads bas

Deux Maliens liés à l’attentat jihadiste contre la station balnéaire ivoirienne de Grand-Bassam au mois de  mars 2016 ont été arrêtés hier jeudi à Dakar, a annoncé- le porte-parole de la police sénégalaise. Cet attentat, qui a été revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), a fait plus d’une quinzaine de morts et une vingtaine de blessés. Plus de 10 suspects ont déjà été arrêtés dans l’enquête sur l’attaque, dont plusieurs au Mali, mais l’homme présenté comme le principal cerveau de l’attentat, identifié comme Kounta Dallah, de nationalité malienne, demeurait recherché-.
Ces deux suspects arrêtés – sont « de nationalité malienne » et ont été identifiés comme « Ould Sidy Mohamed Sina et Ould Am Sidalamine ». Selon les détails, le  premier a été arrêté dans une auberge et le second, « probablement son chauffeur », dans une gare routière alors qu’il était « à bord d’un véhicule immatriculé en Gambie ». Les deux hommes « sont détenus à la Division des investigations criminelles (DIC, police judiciaire) pour des enquêtes et des investigations », a ajouté la source. D’après les premiers éléments de l’enquête, a-t-il dit, un des suspects, Ould Sidy Mohamed Sina, « était le contact du planificateur présumé » de l’attentat. Au Sénégal, il avait « un contact, Moustapha Diatta, arrêté depuis longtemps et placé sous mandat de dépôt pour activités terroristes et association de malfaiteurs ». Selon plusieurs sources concordantes maliennes et ivoiriennes,  des militaires de la force française « Barkhane », déployée dans cinq pays du Sahel, avaient arrêté au mois de janvier dernier un des organisateurs présumés de l’attentat contre Grand-Bassam dans la localité de Gossi, à l’ouest de Gao, un des principales villes du nord du Mali. L’armée française a simplement confirmé l’arrestation d’un suspect, sans se prononcer sur son importance dans l’enquête. Les sources maliennes et ivoiriennes avaient identifié le suspect comme Mimi Ould Baba Ould Cheikh. Le ministère ivoirien de l’Intérieur l’avait présenté comme « l’un des cerveaux impliqués à un très haut niveau » dans la préparation de l’attentat.
Au mois d’avril 2016, un homme considéré comme le logisticien du groupe avait été appréhendé à Bamako, après deux autres arrestations dans le nord du Mali le mois précédent, à Goundam et à Gossi.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.