Assemblée générale du Fafoa/Des experts planchent sur la problématique que pose les secteurs informel et minier dans le tissu économique de l’espace Cédeao

 Par Brou François/afriquematin.net

Promouvoir une administration fiscale efficace et efficiente en vue d’améliorer le niveau de vie des populations ouest-africaine, telle est la vision du Forum des administrations fiscales ouest-africaine (Fafoa), dont les acteurs et animateurs sont réunis du 27 au 28 septembre 2018  sur les bords de la Lagune ébrié dans un complexe hôtelier de la place, en vue de  se pencher sur cette problématique. « Fiscalisation des secteurs informel et minier », tel est le thème qui est débattu  durant ces deux jours à cette 14ème assemblée générale.  Présidant cette cession,  le secrétaire d’Etat, auprès du premier ministre, chargé du budget et du portefeuille de l’Etat, Moussa Sanogo, a salué le choix de cette thématique qui arrive à point nommé. Pour lui, les réflexions qui découleront de cette assise, identifieront  les mécanismes adaptés  afin que la fiscalisation des secteurs informels et miniers soit à la hauteur réelle de leur faculté contributive. Il a également souligné « que pour la fiscalité, les ressources intérieurs comprennent l’ensemble de toutes les recettes qui représentent  à peu près 80% du budget ». Dans son allocution de bienvenu, le directeur général des Impôts, Ouattara Sié Abou  a fait savoir que « le Fafoa est un espace pour coordonner nos actions et renforcer notre coopération en matière fiscale, afin de faire en sorte que les disparités entre nos pratiques et nos cadres juridiques n’offrent pas aux opérateurs mal intentionnés des occasions de contourner nos lois et de soustraire à, leurs obligations fiscales.. » souligné pour sa part. Pour lui, l’intérêt que porte cette assemblée est  multiple,  en ce sens que   la Côte d’Ivoire est  membre-fondateur de la Fafoa et au regard  du thème qui est débattu portant sur la fiscalisation du secteur informel et du secteur minier, est une préoccupation –  constante et  commune à l’ensemble des  seize (16)  pays membres de la Cédeao. Ajoutant, « que nos différents pays sont riches de leur sol et de leur sous-sol, mais il n’est pas évident que la contribution du secteur minier soit à la hauteur des attentes de nos pays pour financer le développement », a-t-il constaté. « L’objectif de cette organisation, c’est de mutualiser les  connaissances et expériences pour mobiliser davantage les  ressources intérieures », a fait remarquer Peter Dossou, le directeur du contrôle fiscal du Togo, qui a intervenu au nom du président exécutif du Fafoa, Ahmed Adoyi, le Commissaire des Impôts de la république togolaise.

Les commentaires sont fermés.