Arafat DJ: le parcours d’un artiste talentueux qui mérite un mausolée et un hommage national

Par Ahoussi JM – Afrique Matin.Net 

Arafat, le Roi du Coupé Décalé

Né le 26 Janvier   1986 à Yopougon , Ange Didier Houon  a rangé définitivement le micro ce lundi 12 août 2019 à la suite d ’un accident de la circulation à Angré dans le nord d’Abidjan.

Connu sous le nom de DJ Arafat, mais parfois appelé aussi  Yôrôbô, Commandant Zabra ou encore le Daishan, ce chanteur ivoirien, star du coupé-décalé a fait parler de lui dans le milieu du show-biz national, puis africain et mondial en témoignent le succès de ses tubes sur la planète.

C’est en 2003 que tout commence avec l’hommage rendu à Jonathan dans son œuvre discographique. Partant de là,

Le concept et les singles qui s’ensuivent deviennent des succès sur le continent africain, du Gabon au Burkina Faso en passant par le Cameroun.

Des tubes naissent dans un bref laps de temps : Kpangor, Confirmation Kpangor, Lebede 2, 25 25 Arachide, Bouddha.

Sa dernière production – Moto

Ces tubes s’imposent très vite et arrivent en tête des classements congolais. Entre-temps, il sort des freestyles qui rencontrent un tel succès qu’après leurs sorties,

toutes les dix minutes en moyenne, un média musical ou un maquis les diffusaient  : il s’agit de Spot 2009 (août 2009), le spécial Stéphane Sessègnon et Marie-Claude Sessegnon (été 2009 en duo avec Debordo Leekunfa), Interdit aux moins de 30 ans (septembre 2009).

DJ Arafat est l’un des pionniers du coupé-décalé, qu’il contribue à populariser d’abord en France puis à travers le monde.

En 2015, il remporte le titre d’artiste africain le plus influent à l’international par Forbes Afrique et TRACE Africa4.

Il est considéré par beaucoup comme l’un des plus grands chanteurs d’Afrique subsaharienne et un ambassadeur du coupé-décalé, ayant eu sur la culture musicale ivoirienne une influence considérable

Outre ces qualités de chanteur, compositeur et arrangeur  DJ Arafat mettait beaucoup l’accent sur la chorégraphie.

Toutes ces qualités qu’il a su conjuguer et ont  fait de lui le meilleur artiste dans le milieu du coupé-décalé ne peuvent pas être enterré avec lui. Il est bon que l’Etat ivoirien perpétue sa mémoire en construisant un mausolée. Ce mausolée sera un lieu de culture où les générations avenirs viendront s’instruire  de l’exemple de DJ Arafat

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook