Allemagne/La police déjoue de justesse une opération terroriste

Par Iris Fabiola Yaëlle/afriquematin.net

La police allemande a opéré un vaste coup de filet pour démanteler le réseau d’extrême-droite Reichsbürger, groupe soupçonné d’avoir planifié des attentats.

Le ministère allemand de la Justice a annoncé ce mercredi un vaste coup de filet dans les milieux d’extrême-droite. Les forces de l’ordre ont opéré une razzia pour démanteler un réseau appelé « Reichsbürger » et soupçonné de planifier des attentats, notamment contre le Parlement… et peut-être même un coup d’Etat.

Ainsi, plus d’une vingtaine de personnes ont été interpellées, dans plusieurs régions de l’Allemagne par la police, parmi lesquelles se trouveraient, selon une personnalité judicaire, un ancien élu du parti d’extrême droite, et au cœur de cette affaire est cité un citoyen russe, dont l’ambassade de Russie nie tout lien avec des « groupes terroristes » allemands.

Le prince Heinrich XIII de Reuss fait partie des suspects impliqués dans le coup d’État manqué.

Selon Nancy Faeser, la ministre allemande « les enquêtes donnent un aperçu de l’abîme que représente une menace terroriste provenant du milieu du groupe de droite radical Reichsbürger », dans l’hebdomadaire « Der Spiegel », promettant que l’Etat de droit ripostera avec la plus grande fermeté.

Faut-il rappeler que ce groupe de droite radical n’est pas un inconnu en Allemagne, note le tabloïd. Il est d’ailleurs surveillé par les services de renseignement dont plusieurs de ses membres rejettent la Constitution allemande et l’autorité de l’Etat, refusant par ailleurs  de payer leurs impôts.

Le journal souligne dans ses lignes que les auteurs de cette opération « terroristes affirment que « l’Allemagne serait, depuis 1945, sous occupation étrangère et que ses véritables frontières seraient celles de 1937, du temps des nazis », ce qui a provoqué ces mouvements d’humeur. Le site levenementniger.com, indique que d’autres personnes soupçonnées vont être également mises aux arrêts au fur et à mesure que l’opération se poursuit.

LIRE AUSSI :   Taxe sur les communications téléphoniques et les technologies de l’information : Le Directeur général des impôts apporte des clarifications