Agboville/ Situation sécuritaire : la ville paralysée depuis le matin du 28 janvier 2020.

Etablissements préscolaires, primaires, secondaires et supérieurs d’Agboville ainsi que commerces ont baissé leurs rideaux ce mardi 28 janvier 2020 . Et pour cause,  des affrontements entre groupes d’élèves ont éclatés tôt dans la journée. Ce qui a engendré d’énormes dégâts matériels et de nombreux blessés à l’arme blanche.

En effet, tout a commencé, hier, dans la matinée lorsque les cours ont été perturbés dans l’ensemble des écoles secondaires de la ville par des groupes d’élèves. Qui, selon nos sources, exigeaient la libération de leurs camarades interpelés des jours avant pour troubles à l’ordre public.

Les forces de l’ordre ont donc, fait usage de gaz lacrymogènes et de tirs de sommation pour disperser les attroupements d’élèves et d’individus non identifiés armés de pierres, de barres de fer, de chaines, de couteux, etc.

Au moment où nous mettions ces informations  sous presse, un calme précaire régnait  dans la ville. Il faut noter que, les cours ont été souvent perturbés par les élèves depuis le retour des congés de Noël et du nouvel an. Protestant ainsi contre le manque de tables-bancs dans les salles de classes.

Ce regain de violence dans les écoles à Agboville, refait surface au moment où  la Coalition des syndicats du secteur éducation/formation de Côte d’Ivoire (Cosef-Ci) a lancé un arrêt de travail les 28, 29 et 30 janvier pour exiger la satisfaction de plusieurs points de revendications. Notamment : la revalorisation des indemnités de logement des enseignants du préscolaire, du primaire et du secondaire public de Côte d’Ivoire ; la suppression des cours du mercredi et le relèvement au double de toutes les primes liées aux examens scolaires.

Tizié TO Bi, Correspondant régional

 

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook