Agboville : Le Directeur régional des eaux et forêts plaide pour inverser la spirale de la déforestation

Tizié TO Bi, correspondant à Agboville

« La forêt ivoirienne se meurt. Le constat est alarmant et le péril est imminent. Car, de 16 millions d’hectares au début des années 1960, les dernières estimations se situent autour de 3 millions d’hectares aujourd’hui. La principale menace qui pèse sur notre pays est de ne plus figurer sur la liste des pays forestiers car notre couverture forestière n’atteint plus les 20% de la superficie totale du territoire ». C’est le triste tableau dressé par le col. Kouamé Brou Didier, directeur régional des eaux et forêts d’Agboville.

C’était le jeudi 15 novembre, lors de la journée de la paix couplée de planting d’arbres, dans l’enceinte de la préfecture d’Agboville. En présence du corps préfectoral, des élus et cadres, des officiers des eaux et forêts et de la Sodefor, des chefs religieux et traditionnels et des forces vives de ladite ville. C’est pourquoi, selon lui, les autorités politiques de la Côte d’Ivoire, ont décidé d’élaborer, une stratégie nationale en vue de ramener le taux de couverture forestière à 20% à l’horizon 2030.

« Cette politique s’est transformée en politique nationale de préservation, de réhabilitation et d’extension des forets, a été  adoptée en Conseil des ministres en mai 2018 », a-t-il précisé. Avant de souligner que,

« La cérémonie de ce jour est un signal fort à l’endroit de toute la population abgovilloise  pour une prise de conscience et la nécessaire reconversion des mentalités. En outre, cette opération a le mérite de susciter en chacun de nous, un amour pour l’arbre et donc pour la forêt ».

Poursuivant, le directeur régional des eaux et forêts, a plaidé pour qu’on inverse la spirale de la déforestation et tende plutôt vers une agriculture durable, qui résiste aux changements climatiques. « Ensemble, reconstituons nos forêts par le reboisement populaire à travers le planting d’arbres. Car l’avenir de notre pays et même de notre planète en dépend. La direction régionale des eaux et forêts en collaboration avec le Centre de gestion de la Sodefor d’Agboville, a mis en place une pépinière pour subvenir aux besoins en plants », a-t-il exhorté.

« En plantant un arbre, l’on sauve des vies, mais l’on gagne aussi de l’argent et ce, à toutes les étapes de l’évolution de la plantation. C’est le principe de l’économie verte », a conclu le colonel des eaux et forêts.

Notons que, la cérémonie s’est achevée par l’opération de mise en terre de 150 plants sur une superficie d’environ un hectare au sein de la préfecture d’Agboville.

Les commentaires sont fermés.