ads bas

Affrontements interethniques à Béoumi : « le FNDR condamne le silence du Gouvernement »

ads bas

La ville de Béoumi (centre de la Côte d’Ivoire) a été secouée, la semaine dernière, par de violents et sanglants affrontements entre communauté autochtone Baoulé et communauté allochtone Malinké. On déplore neuf (9) morts et plusieurs blessés graves par balles dont des agents des forces de l’ordre.

Le Front National Démocratique et Réformiste (FNDR) qui, comme tous les ivoiriens, a vécu ces évènements avec une grande consternation, voudrait s’incliner devant la mémoire de toutes les personnes qui ont perdu la vie et compatir à la douleur de leurs proches.  Malheureusement, l’on constate que ces dernières années, en Côte d’Ivoire, les conflits interethniques sont devenus fréquents avec leur cortège de nombreuses pertes en vies humaines et de dégâts matériels.

Par ailleurs, une constance se dégage dans le déroulement de tous ces conflits. Il s’agit de l’usage des armes à feu, parfois des armes de guerres par des civils. Face cette situation inquiétante, le FNDR condamne le mutisme du gouvernement et son inaction sur la détention d’armes de guerre par des populations civiles et la répétition des affrontements entre différentes communautés vivant ensemble.

Le FNDR observe qu’au-delà de l’aspect sécuritaire, ces conflits interethniques à répétition trouvent leurs causes profondes dans l’absence de réconciliation nationale. C’est pourquoi, il a apparait plus que jamais nécessaire que les conditions d’une réconciliation véritable soit mises en place afin que les ivoiriens cessent de se regarder en chien de faïence.

Fait à Abidjan, le 22 mai 2019

Didier BROU

Président du FNDR

Les commentaires sont fermés.