Adjamé-Bingerville/Les « Tchagba Dongba » appellent à l’unité et à l’union des fils et filles du village

Par Yann Dominique N’guessan/afriquematin.net

Le village d’Adjamé-Bingerville a célébré, le samedi 11 décembre dernier, les vingt (20) ans de la Catégorie Tchagba Dongba qui s’est déroulée sur la place publique dudit village en présence de la notabilité et d’illustres invités. C’est par un accueil haut en couleurs et en danses, dans la pure tradition Atchan, que le parrain, Steven Seka, Administrateur de Société et sa délégation ont foulé le sol du village.   

Pour Toussaint Koutouan Nguessan, Chef de la catégorie Tchagba Dongba d’Akouê Djêmê, ce sont les Tchagba qui sont au pouvoir et « en tant que premier responsable de cette catégorie, je lance un appel à nos amis qui se sont retirés de réintégrer le groupe dans l’intérêt et pour le développement du village. Nous devons tous nous aligner derrière notre chef Mobio Aboussou Guy Georges dans un esprit de paix et de cohésion ».

Le chef Mobio Aboussou Guy Georges (chapeau) en compagnie de quelques membres de sa notabilité a sollicité l’adhésion des fils et filles du village pour affronter de nouveaux challenges que les attendent.

Quant au   nouveau chef, il a profité de cette célébration pour lancer un appel aux filles et fils du village d’Adjamé-Bingerville. « Cette célébration est en droite ligne avec nos us et coutumes. C’est donc l’occasion de lancer un appel pour dire qu’il est que nous-mêmes Atchan, nous commencions par respecter nos coutumes. A Adjamé-Bingerville, nous n’avons pas de problème. Vous en avez fait le constat, le village est tranquille, le village est gouverné. On va appeler tout le monde au respect des Us et coutumes afin que nos villages soient tranquilles », a imploré Guy Georges Mobio Aboussou. Car pour lui, toutes les forces vives sont invitées et attendues  pour  apporter leur savoir au village, parce qu’il y a de nouveaux challenges à relever.

Toussaint Koutouan Nguessan,Chef de la catégorie Tchagba Dongba d’Akouê Djêmin

 Poursuivant, il a relevé « qu’aujourd’hui on fait le constat qu’il y a rencontre entre la modernité et la tradition avec fond d’intérêt financier et économique important. Il faudrait qu’on ait les armes nécessaires pour faire face à ce défi-là. Pour y arriver, on a besoin de tous les enfants du village. Donc c’est un appel à la paix et à la cohésion sociale. Il est impérieux que nous nous tenions la main, précisément les Tchagba pour construire un Adjamé-Bingerville nouveau. Le spectacle que nous offrons n’honore pas le peuple Atchan et le peuple Atchan est un peuple de référence », a-t-il déploré.

Quant au parrain Steven Séka, il a soutenu que «  c’est un sentiment de fierté de découvrir que certains de nos amis et de nos frères maitrisent parfaitement leur tradition. La tradition est une richesse qui a besoin d’être sauvegardée et enseignée pour s’affranchir des vissicitudes des temps modernes. Aujourd’hui, je découvre une fête de partage et de transmission de génération en générations qui permet de conserver les traditions au sein des différents villages Atchan. Cette manifestation traduit la symbolique de la fraternité au sein de la communauté et j’espère que cela va perdurer », a indiqué le parrain Steven Séka qui a fait don de trois (3) millions de FCFA accompagnés d’autres présents.