Document sans nom
AfriqueMatin TV Ivoire Dimanche La relève Dimanche Soir Guerres Info

A Marseille, deux corps retrouvés et l’espoir de «poches de survies»

Après l’effondrement de deux immeubles dont un encore habité, deux cadavres ont été retrouvés ce mardi. Cinq à sept autres personnes pourraient encore être sous les gravats.

C’est un pompier qui a trouvé le premier corps tôt ce mardi matin, après une nuit de recherche sans relâche sous une pluie battante. La première victime de l’effondrement de deux immeubles lundi matin, en plein centre-ville de Marseille, n’a pas encore été identifiée mais il s’agit d’un homme, a précisé le procureur de la République de Marseille. Un deuxième corps, celui d’une femme, a été découvert un peu plus tard dans la journée, a annoncé vers 13 heures le procureur.

Cinq à sept personnes seraient encore susceptibles d’être ensevelies sous les tonnes de gravats qui jonchent la rue d’Aubagne. «Ce qui compte pour nous, c’est l’urgence», a réaffirmé en début de matinée le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, présent sur place depuis la veille au côté du ministre du Logement, Julien Denormandie. Des opérations complexes, les secours devant procéder méticuleusement afin de préserver d’éventuelles «poches de survie». «On a découvert dans la première partie des opérations de déblaiement quelques poches qui font qu’il y a encore peut-être de l’espoir d’identifier et de retrouver une personne qui peut être sauvée», a souligné le ministre. Les gravats qui occupaient lundi soir encore une bonne partie de la rue d’Aubagne ont été totalement évacués ce matin. Aucun corps n’y a été retrouvé, «une bonne nouvelle», a souligné le procureur. Des images de vidéosurveillance avaient en effet montré que deux passantes s’étaient engagées devant les immeubles juste avant la catastrophe. Elles pourraient donc avoir réussi à éviter l’effondrement.

«Sparadraps»

Parmi les personnes manquant à l’appel, les policiers ont notamment recensé une femme qui n’est pas allée chercher sa fille à l’école et une autre femme. Sur les deux bâtiments qui se sont effondrés, si le numéro 63, un immeuble de quatre étages muré, ne semblait pas être habité, le numéro 65, lui, contenait dix appartements dont neuf habités. «J’habite au premier étage et je voyais souvent une famille avec un gamin de cinq ou six ans. C’est pour eux que j’ai peur», raconte Frédéric, habitant de l’immeuble d’en face, évacué lundi comme l’ensemble des habitants de la zone. Il a plusieurs fois alarmé la mairie de secteur sur l’état de délabrement des bâtiments de la rue. Le 18 octobre, il a même filmé les secours qui intervenaient sur le numéro 65 après l’effondrement d’une cour intérieure. Les habitants avaient alors été évacués par les fenêtres. «On ne les a plus vus pendant une journée et puis ils sont revenus le lendemain», raconte le jeune homme.

De son côté, la ville indique dans un communiqué qu’après cette intervention, l’immeuble avait fait l’objet «d’une expertise des services compétents qui avait donné lieu à la réalisation de travaux de confortement permettant la réintégration des occupants». De quoi ulcérer Frédéric : «Moi, j’ai juste vu des gens déblayer, soutient-il. Ils ont fait quoi, comme travaux de confortement ? Mis des sparadraps ?» Comme une centaine d’autres habitants de ce quartier populaire, sa famille a dû quitter en urgence l’appartement lundi matin sans savoir quand ce dernier serait de nouveau accessible. Les autorités indiquaient lundi que les opérations pourraient durer plusieurs jours et qu’un diagnostic précis des bâtiments voisins de ceux effondrés serait réalisé avant tout retour des habitants.

SOURCE:https://www.liberation.fr/france/2018/11/06/a-marseille-deux-corps-retrouves-et-l-espoir-de-poches-de-survies_1690213

Facebook