Reforme de la CEI : quand Alassane Ouattara se met délibérément à narguer les Ivoiriens

Par Obiang N. – Afrique Matin.Net 

Comme on le dit couramment dans le jargon ivoirien « Y a pas l’homme pour moi », le Chef de l’Etat ivoirien a choisi de franchir le Rubicon dans son intention de pousser les Ivoiriens à bout. A l’occasion de la présentation des vœux 2019, Alassane Ouattara a tenu un langage ferme mettant au défi quiconque. Alors que l’ensemble de la classe politique s’attendait à un discours de courtoisie et de réconciliation, l’homme s’invite dans le terrain de la déchéance politique à l’instar de ses proches collaborateurs pour insulter les consciences à coups de gueule incorrigibles. Féliciter Youssouf Bakayoko publiquement, un personnage reconnu par tous comme la plus grosse catastrophe de l’histoire de la Côte d’Ivoire, est une insulte, un refus de considération à l’égard des Ivoiriens et un manque de courage face à l’histoire.

Voici le Chef de l’Etat ivoirien montre son amour aux Ivoiriens et son attachement à la démocratie: «  Concernant la reforme de la CEI  je tiens a préciser que cette, CEI dans sa composante actuelle, est celle là qui a organisé ,en décompte 7 ELECTIONS. Les 7 se sont très bien passées, en dehors de quelques cas isolés, mais vraiment très isolés des municipales 2018. Lesdits cas qui ne valent même pas 5% de la population, d’ailleurs je voudrais féliciter le Président de la CEI. Sachez que je suis très fiers de vous monsieur le Président de la CEI. Je suis fier de votre travail abattu jusque là. Nous voyons tous ce qui se passe dans des contrées en Afrique en ce moment puisque nous suivons tous l’actualité. Alors j ai instruis le 1er ministre à rencontrer les différentes couches de la société en ce qui concerne la reforme mais n oubliez pas que la composante de la CEI actuelle a été faite en toute légalité et consensus.et nous resterons dans ce contexte. »

LIRE AUSSI :   Congrès du parti de Laurent Gbagbo à Moossou: des alliances pour la reconquête du pouvoir en 2020 sont annoncées.

A tous de juger!