Pdci-Rda-Hamed Koffi Zarour : « La croissance dont on parle tant n’a pas toujours entraîné une amélioration significative des conditions de vie pour tous les Ivoiriens

 

Militant actif du Pdci-Rda, patriote et profondément ancré dans les réalités de son pays la Côte d’Ivoire, Hamed Koffi Zarour est animé par une volonté inébranlable à apporter sa touche à son développement et à sa prospérité. D’origine libanaise, mais de nationalité ivoirienne de par sa mère, Aké Cho Lobochié Madeleine, issue de l’ethnie Akyé et Baoulé, son parcours est marqué par les valeurs de partage, d’honneur et de probité héritées de sa famille et de son éducation. Dans cet entretien, il relate son choix porté sur ce parti.

Président du mouvement Agir pour la Côte d’Ivoire, vous avez décidez de militer au sein du Pdci-Rda, alors pourquoi ce choix ?

Notez que cette question touche à l’essence de mon engagement politique. En effet, hier, j’ai eu l’honneur de présider le mouvement Agir pour la Côte d’Ivoire (AGIR), une plateforme – pour promouvoir une nouvelle vision de la gouvernance dans notre pays. Elle m’a permis de défendre des idées de justice, d’équité et de développement durable, tout en m’engageant directement avec mes compatriotes.

Aujourd’hui, j’ai choisi de militer au sein du Pdci-Rda, -parcequ’en tant que parti historique et pilier de notre nation, partage de nombreuses valeurs et objectifs que j’ai toujours portés au sein de mon mouvement. En rejoignant le Pdci-Rda, je vois une opportunité de renforcer et d’élargir l’impact de nos actions pour le bien-être de tous les Ivoiriens. Ce parti a toujours été au cœur des transformations positives de notre pays, et je crois fermement que, ensemble, nous pouvons continuer à œuvrer pour une Côte d’Ivoire plus prospère, plus juste et plus solidaire

Hamed Koffi Zarour , toujours aux côtés des populations et à l’écoute de la communauté traditionnelle.

Mon passage d’AGIR à cette formation politique est dicté par la convergence de nos idéaux et par la possibilité d’apporter une contribution significative au sein d’une organisation dotée d’une riche histoire et d’une grande expérience politique. Cette transition est une évolution naturelle, car elle s’inscrit dans une logique de continuité et de renforcement de mon engagement envers notre chère nation. Je suis convaincu que notre travail collectif au sein du Pdci-Rda contribuera à construire une Côte d’Ivoire meilleure, où chaque citoyen se sentira valorisé et où nos enfants pourront grandir dans un environnement de paix, de prospérité et de dignité.

Politiquement l’on peut admettre que vous détenez une carrière raisonnable ?

Je voudrais rappeler que mon enfance, partagée entre une ville du pays, notamment Bouaké et des communes comme Treichville, Plateau, Marcory et Anyama, m’a inculqué un profond respect pour notre diversité culturelle. Père de neuf enfants, je suis également un professionnel dévoué, avec plus de trente-cinq (35) ans d’expérience dans le management d’entreprises du secteur agroalimentaire et du commerce international, notamment dans les domaines du café, du cacao, du riz et des oléagineux.

En réponse à votre question, je puis vous dire que parallèlement à ma carrière professionnelle, je suis fortement engagé dans la vie politique et sociale de notre pays. En 1990, j’ai co-fondé l’Association des Jeunes Rénovateurs du Pdci-Rda pour soutenir les idéaux du parti et le président Félix Houphouët-Boigny. Depuis 2017, je suis activement impliqué dans l’organisation AGIR pour la Côte d’Ivoire pour promouvoir un changement de gouvernance. J’ai ensuite travaillé sur des projets visant à améliorer les conditions de vie de nos concitoyens.

LIRE AUSSI :   France-Présidentielle2022/ Christiane Taubira défiera Emmanuel Macron ?

Ma vision pour notre pays est celle d’une Côte d’Ivoire plus juste, équitable et prospère, où chaque citoyen prend part activement à la croissance économique et sociale. Je crois fermement en une gestion transparente et efficace des affaires publiques ainsi qu’en des initiatives favorisant le bien-être pour tous.

 Et quels sont les paramètres qui ont guidés profondément cette option de militer au Pdci-Rda ?   

Cette décision résulte d’une réflexion profonde et de plusieurs motivations clés, autant personnelles que politiques. D’abord, je crois en la nécessité de l’unité et de la consolidation des forces politiques pour faire face aux défis actuels et futurs de notre pays.

Ensuite c’est le désir d’intensifier l’impact de mon action politique, car mon mouvement AGIR m’a permis d’apporter de nouvelles idées et d’influencer positivement notre société. Mais intégrer ce parti de grande envergure qu’est le Pdci-Rda, avec des structures solides et une implantation nationale, me donne les moyens de maximiser ce que nous pouvons accomplir ensemble.

« Ma vision pour notre pays est celle d’une Côte d’Ivoire plus juste, équitable et prospère, où chaque citoyen prend part activement à la croissance économique et sociale »

Et enfin il y a les valeurs partagées et l’alignement des objectifs, vu que nous croyons en une Côte d’Ivoire où la justice sociale, l’égalité des chances et le développement inclusif sont au cœur de notre agenda national. Ce sont des principes que j’ai défendus tout au long de ma carrière et que je continue à porter avec ferveur. C’est aussi une question de timing et de contexte, car la Côte d’Ivoire traverse des moments cruciaux de son histoire. En rejoignant le Pdci-Rda, je suis convaincu que nous pouvons jouer un rôle déterminant dans cette phase de notre évolution nationale.

C’est avec un grand enthousiasme et une profonde détermination que je m’engage au sein du Pdci-Rda pour continuer à défendre les intérêts de notre pays, de notre peuple, et travailler ensemble vers un avenir plus prometteur.

  Quelle analyse faites-vous de la situation socio-politique du pays ?

 La Côte d’Ivoire a parcouru un long chemin depuis son indépendance, marquant des progrès significatifs tant sur le plan économique que politique. Cependant, malgré ces avancées, nous faisons face à des défis majeurs qu’il est impératif d’aborder avec sérieux et détermination.

Politiquement, la Côte d’Ivoire a traversé des périodes de turbulences, mais nous avons également montré une capacité de résilience remarquable. La transition politique et les élections récentes ont révélé des tensions, mais elles ont aussi démontré la volonté de notre peuple de s’exprimer démocratiquement. Il est essentiel d’œuvrer pour renforcer nos institutions démocratiques, promouvoir la transparence, la bonne gouvernance et la responsabilité, et s’assurer que le dialogue politique reste ouvert et constructif. La réconciliation nationale est un impératif pour consolider la paix et prévenir toute résurgence des conflits.

Sur le plan socio-économique, notre pays est souvent cité en exemple pour son dynamisme économique en Afrique de l’Ouest. La croissance économique soutenue, les investissements dans l’infrastructure et les réformes économiques sont des signes positifs qui témoignent de notre potentiel. Cependant, cette croissance n’a pas toujours entraîné une amélioration significative des conditions de vie pour tous les Ivoiriens. Les inégalités sociales demeurent importantes, et beaucoup de nos concitoyens vivent encore dans la précarité. La question du chômage, en particulier celui des jeunes et des femmes, reste un enjeu majeur à résoudre pour assurer un développement inclusif.

LIRE AUSSI :   Cacaoculture dans le sud-ouest ivoirien/ Les pluies du mois d'octobre redonnent de l'espoir aux producteurs

Sur le plan social, la cohésion nationale doit être notre priorité. Il est essentiel de promouvoir une identité nationale forte, où chaque Ivoirien se sente pleinement intégré et valorisé, indépendamment de son origine. L’éducation, la culture et le dialogue interculturel sont des outils essentiels pour bâtir cette unité. Et la situation sécuritaire nécessite une vigilance constante. Les menaces terroristes et la criminalité transfrontalière sont des défis auxquels notre pays doit répondre de manière proactive et coordonnée avec ses voisins et partenaires internationaux. La sécurité de nos citoyens est une condition sine qua non pour un développement durable et harmonieux.

En définitive – nous devons continuer à bâtir sur nos succès économiques tout en adressant les inégalités. Nous devons renforcer nos institutions démocratiques et œuvrer pour une réconciliation nationale véritable. En tant que membre du Pdci-Rda, je suis résolument engagé à travailler avec toutes les forces vives de notre nation pour surmonter ces défis et construire une Côte d’Ivoire prospère, prospère, démocratique et unie.

Président Hamed Koffi Zarour, que pensez-vous apporter comme innovation au Pdci-Rda ?

Plusieurs options m’inspirent, je souhaite contribuer à l’amplification de la dynamique nouvelle, à l’engagement des jeunes et à l’innovation, et mon expérience avec le mouvement AGIR m’a permis de rester connecté aux aspirations des jeunes générations, de comprendre leurs défis et de promouvoir des solutions innovantes. Je suis convaincu que mon apport peut aider à renforcer l’inclusion des jeunes dans le processus décisionnel et à faire émerger de nouveaux leaders capables de porter haut les couleurs du parti.

En plus de cela, je veux contribuer à renforcer l’unité et la cohésion au sein du parti. La diversité des opinions et des origines est une richesse, mais elle nécessite également une gestion attentive pour éviter les divisions et les mésententes. Je suis déterminé à œuvrer pour une atmosphère de dialogue constructif et de collaboration fructueuse, où chaque membre se sent écouté et valorisé avec des objectifs clairs.

 La Côte d’Ivoire a besoin de politiques robustes et novatrices pour répondre aux défis contemporains tels que le chômage des jeunes, l’inclusion sociale et la transition écologique. Il importe de mettre en place des plateformes de réflexion et d’action qui permettraient au parti de formuler des programmes adaptés aux besoins actuels et futurs de notre pays.

Hamed Koffi Zarour estime qu’avec « l’arrivée du président Tidjane Thiam -, nous entamons une nouvelle ère marquée par des idées innovantes et une volonté de transformation ».

Ensuite, je vise à renforcer les partenariats et les alliances tant au niveau national qu’international. La Côte d’Ivoire ne peut prospérer en vase clos. Il est essentiel de tisser des liens solides avec d’autres nations, organisations et institutions pour attirer des investissements, partager des bonnes pratiques et relever les défis globaux conjointement. Les contacts dans diverses sphères internationales peuvent être mis à profit pour le bénéfice du parti et du pays. Et pour terminer je compte œuvrer pour une communication plus transparente et efficace. Un parti doit non seulement agir mais aussi être capable de communiquer ses actions, ses valeurs et ses visions de manière claire et engageante.

LIRE AUSSI :   Reconstruction du marché de la Riviera palmeraie/ Mme Ekouao Couloud investie nouvelle présidente, lance un appel aux partenaires

 Une nouvelle équipe dirigeante sous la présidence de Tidjane Thiam est à la tête du parti. Quelle sera votre contribution pour la conquête du pouvoir d’État ?

Je voudrais rendre hommage à tous nos devanciers, dont le travail et le dévouement ont fondé et renforcé le parti. Particulièrement au président Félix Houphouët-Boigny, père fondateur de notre nation et de notre parti, qui a insufflé des valeurs inestimables telles que la paix, l’unité de la nation et le développement. Je rends également hommage au président Henri Konan Bédié, dont la sagesse et la vision ont su guider le parti à travers des périodes de transition et de défis.

Avec l’arrivée du président Tidjane Thiam -, nous entamons une nouvelle ère marquée par des idées innovantes et une volonté de transformation. C’est avec un sentiment d’enthousiasme et de responsabilité que je me tiens disponible à apporter ma contribution à notre objectif commun, la conquête du pouvoir d’État. Ma participation à cette dynamique se structurera autour de plusieurs axes stratégiques. Ma contribution se veut holistique et proactive. Avec la nouvelle équipe dirigée par le président Tidjane Thiam, je suis convaincu que nous avons les compétences, l’énergie et la vision pour conquérir le pouvoir d’État et inaugurer une ère de progrès et de prospérité pour la Côte d’Ivoire.

Est-ce à dire que vous n’aviez pas la même vision que l’équipe dirigeante passée… ? 

Loin de là, mon engagement au Pdci-Rda a toujours été guidé par la volonté de voir notre parti prospérer et répondre aux aspirations du peuple ivoirien. L’équipe dirigeante passée, sous la présidence d’Henri Konan Bédié, a accompli d’importantes avancées pour le parti  et pour la Côte d’Ivoire. Mon respect pour leurs réalisations et leur leadership est profond et sincère.

Cependant, chaque époque et chaque contexte nécessitent des ajustements et des innovations pour répondre aux défis qui se présentent. Le leadership de Tidjane Thiam apporte une nouvelle dynamique et une approche qui sont en phase avec les exigences contemporaines et les aspirations actuelles de notre population. Il ne s’agit pas de divergence de visions, mais plutôt de la complémentarité et de l’évolution naturelle d’une organisation qui cherche continuellement à s’adapter et à progresser.

Avec la nouvelle équipe, l’objectif reste le même : renforcer notre parti, répondre efficacement aux besoins de nos concitoyens et conquérir le pouvoir d’État pour le bien-être de la Côte d’Ivoire. Ma volonté de contribuer davantage à cette mission commune s’inscrit dans la continuité de notre noble héritage, tout en apportant des réponses adaptées aux défis présents et futurs. Je tiens aussi à souligner que mon engagement est respectueux des acquis du passé, et résolument tournée vers l’avenir sous le leadership visionnaire du président Tidjane Thiam.

Pour terminer, je souligne que mon engagement, ainsi que celui de nombreux autres militants, est de prendre une part activement à cette nouvelle ère de progrès, d’innovation et de solidarité. Ensemble, nous surmonterons les défis et que nous porterons notre parti à des sommets encore plus élevés.

 Source : operanewsapp.com