Aboisso /Un candidat commence la campagne avant l’heure

Par Kadjo Ouamien*

À un mois des élections municipales, un candidat investi par son parti serait-il déjà en campagne, en violation flagrante de la constitution ?

Nullement ébranlé par les critiques qui lui ont été faites par une large partie de l’opinion publique, le directeur général adjoint des impôts continue sa campagne avant l’heure dans la localité. Sous le prétexte de venir en aide aux sinistrés de l’inondation qui a eu lieu récemment dans la ville, des jeunes arborent fièrement des tee-shirts à son effigie, flanqués de la mention « Municipales 2023 ».

Les responsables locaux de la CEI devraient interpeller le candidat du Rhdp pour son attitude.

Une confusion totale. Le candidat serait-il déjà en campagne pour les élections municipales du Samedi 02 septembre 2023 au vu et au su des services et corps de l’Etat. Que dit la Commission électorale indépendante (CEI) ?

Curieux de voir que le candidat continue impunément d’exploiter la détresse des populations à des fins de propagande politique. Cette campagne avant l’heure pose un problème politique et de pollution du climat politique déjà chargé de suspicions, de manipulation de la liste électorale dans la région du Sud-Comoé.

Et pour de nombreux observateurs, si Aboubacary Cissé persiste à poursuivre sa campagne avant l’heure, c’est parce qu’il est convaincu qu’il ne peut être sanctionné pour violation du code électoral. Les responsables locaux de la Commission électorale indépendante (CEI), institution en charge de la conduite du processus ont-ils fermé les yeux sur une telle évidence ? Qui n’ont pas daigné lever le petit doigt pour l’interpeler.

  *Fils de la région

 

 

LIRE AUSSI :   Côte d’Ivoire / Politique : Le PRD, parti du député Adié Dominique, fait sa rentrée politique le 18 mai prochain