Terrorisme au Sahel/Une perspective criminologique

Par Carolina Collado* 

Les attaques terroristes se multiplient au Sahel, en particulier au Mali. Si la communauté internationale a incontestablement des leçons à tirer de son action dans la région depuis dix ans, le refus de toute coordination internationale et le choix d’une réponse purement sécuritaire s’appuyant sur des mercenaires privés n’ont fait qu’aggraver la situation. Au moment où la menace s’étend, le Sahel a besoin d’urgence d’un sursaut collectif.

 Le Sahel est devenu une des principales enclaves où les groupes djihadistes trouvent des opportunités pour réussir à réaliser leurs activités et à établir toute une série de réseaux complexes aux niveaux logistique et social. Cette capacité d’adaptation au milieu leur a permis d’accroître leurs recrutements et d’étendre leur influence, en parvenant finalement à agir dans plusieurs pays. Après la crise au Nord du Mali en 2012, la situation sécuritaire dans le pays, puis dans la région, se sont dégradées.

A la suite de ces évolutions, différentes missions internationales ont été mises en place. Dans ce contexte de militarisation de la réponse au phénomène terroriste sur le territoire sahélien, et après avoir normalisé la tendance à faire face au terrorisme depuis une perspective éminemment militaire, en tant que « guerre contre le terrorisme », et en tenant, d’ailleurs, compte des aspirations politiques des terroristes, la science politique s’est largement appropriée la recherche académique sur cette problématique.

Pour cette criminologue « , la double victimisation de la population qui est aussi la base de l’expansion du djihadisme nourrit l’activité criminelle en l’absence de l’Etat de droit et en présence d’un fort sentiment d’abandon ».

En effet, le terrorisme, en tant que phénomène social, et nécessairement politique, a traditionnellement mobilisé diverses expertises de nombreuses disciplines, notamment celles de la science politique ou des relations internationales, orientées vers la polémologie, la sécurité, la défense et les conflits armés.

 Pourtant, la criminologie, souvent mobilisée sur des aspects périphériques, peut offrir une perspective qui conjugue les critères provenant de la sécurité nationale et internationale et, en même temps, tenir compte des préceptes de la sociologie ou de la psychologie, également importantes pour comprendre le phénomène. Pour le nécessaire approche interdisciplinaire du phénomène terroriste, les outils de la criminologie peuvent être d’une certaine pertinence.

La victimologie au secours du profilage ?

Parmi ces domaines pertinents, il est nécessaire de souligner la victimologie, chargée d’examiner le profil des victimes et de celles qui peuvent potentiellement devenir l’une d’entre elles, ce qui est notamment important pour la prévention des délits. Il est certes évident que les forces de sécurité et les armées sont devenues une des principales cibles visées par les terroristes.

Mais en observant le modèle comportemental des groupes djihadistes au Sahel, dont les attaques aveugles contre la population civile, il reste difficile de déterminer les acteurs qu’ils utilisent en tant que « chair à canon ».

LIRE AUSSI :   Niapidou: N'guess Bonsens donne un sens au complexe "Maquis Le Campement".

On observe cependant un espace de vulnérabilité dans les zones les plus éloignées des villes et des capitales, ainsi que près des camps de déplacés, notamment dans les zones rurales. Cela explique la récurrence des attaques aux hameaux et aux villages, et dans les zones frontalières, déclenchant une violence insoutenable dans les enclaves de Liptako-Gourma et du bassin du Lac Tchad.

Double peine aux populations des zones frontalières

Dans ce contexte, il faut noter le fait que la population civile souffre à différents degrés de victimisations accumulées, devant faire face à des exactions répétitives. D’un côté, les femmes sont souvent victimes de violences sexuelles de la part des agents de l’autorité. De l’autre, il y a les conditions sécuritaires draconiennes dans le cadre de la lutte anti-terroriste qui n’épargnent aucune frange de la population civile avec, surtout les femmes et les enfants, déplacés.

 Ces faits de violence combinés font subir une sorte de double peine aux populations des zones frontalières exposées aussi bien aux attaques terroristes qu’à la répression aveugle des forces de sécurité et de défense. De plus, dans ces zones très souvent désertées par les services de l’Etat, les populations civiles ne peuvent espérer le minimum de protection et encore moins de justice.

D’ailleurs les nations Unies ne cessent d’y dénoncer et de condamner de flagrantes violations des droits de l’homme perpétrée par les forces de sécurité et les armées à l’encontre de suspects de terrorisme. De même, la double victimisation de la population qui est aussi la base de l’expansion du djihadisme nourrit l’activité criminelle en l’absence de l’Etat de droit et en présence d’un fort sentiment d’abandon.

 Ainsi, la construction d’une rhétorique dualiste et manichéenne qui revendique une identité fondée sur des allures de « nous contre eux » et qui donne plus de crédibilité aux terroristes sur le plan idéologique est renforcée, entre autres, par une réponse au terrorisme qui ne met pas en avant les victimes.

Vers une « écologie sociale » du djihadisme au Sahel ?

En fait, coïncidant avec la théorie de la cinquième vague du terrorisme moderne établie par Kaplan (2008), le phénomène terroriste se déroule surtout dans le milieu rural, qui a eu un rôle essentiel dans la propagation du djihadisme. Au Mali, par exemple, après la révolution de 2012, par laquelle le Mouvement National de Libération de l’Azawad a déclaré l’indépendance du Nord du pays et a réussi à affaiblir l’armée dans cette zone désertique, le terrorisme a commencé à s’intensifier et à se répandre dans la région du Sahel.

LIRE AUSSI :   Diversions, sabotages, assassinats/Voici les opérations secrètes des USA à l’étranger

 De la même manière, les groupes djihadistes trouvent un espace stratégique pour se réfugier, ainsi que pour établir leurs camps d’entraînement, dans les parcs naturels comme les réserves sylvopastorales du Sahel et la Réserve Partielle de Faune d’Ansongo-Ménaka. Ces endroits sont précisément situés aux frontières poreuses avec le Burkina Faso et le Niger, où il devient encore plus compliqué d’exercer un quelconque contrôle gouvernemental.

Le concept d’écologie sociale, concept développé pendant le dernier siècle parmi les criminologues et chercheurs est centré sur les liens entre les facteurs criminogènes existants et les lieux où ils se produisent, en considérant les opportunités dérivées du milieu pour qu’un certain type de délit puisse être commis. Il peut, ainsi, pertinemment expliquer le rôle du milieu rural, des zones frontalières et de l’absence du gouvernement, dans la survie et la propagation des groupes djihadistes.

Il est vrai que l’expansion du terrorisme n’a pas été le seul fait de l’absence de l’Etat. Elle est aussi due à bien d’autres aspects dont des facteurs socioéconomiques comme la pauvreté et les conflits intercommunautaires. Ces derniers ont été souvent attisés par les djihadistes, et par la délégation de compétences régaliennes sécuritaires de la part de l’État aux groupes d’autodéfense. Par conséquent, il est possible d’expliquer le fait que le terrorisme tend à augmenter dans des zones où il n’existe pas de normes, d’ordre et de mécanismes de contrôle social.

Qu’en est-il du « choix rationnel » ?

Bien que les groupes djihadistes au Sahel opèrent au niveau local si on compare le phénomène avec la stratégie de communication de Daesh et d’Al-Qaida en Iraq et en Syrie, les ambitions expansionnistes de ces organisations restent, néanmoins, de plus en plus évidentes. L’activité djihadiste s’étend et glisse progressivement vers d’autres pays d’Afrique de l’Ouest comme le Bénin, la Côte d’Ivoire, voire le Sénégal, notamment vers le dénommé front Est.

Une des théories principales en criminologie explique la genèse du délit à travers un choix évalué en termes de coût-bénéfice de l’action, normalement appliqué à l’échelle individuelle plutôt qu’au niveau du groupe. En outre, il est possible de comprendre le comportement des organisations djihadistes au Sahel depuis cette théorie.

Les intérêts économiques des groupes exigent désormais une expansion géographique dans le but de contrôler les routes du trafic illicite par le golfe de Guinée, d’établir de nouvelles cellules ou des réseaux naissants et d’étendre leur cause au-delà des territoires actuellement sous son influence.

Dans une telle configuration, l’asymétrie des capacités entre les groupes djihadistes et les États, leur imprévisibilité, leur décentralisation et leur capacité d’adaptation facilitent la pénétration dans différents pays jusqu’ici loin des épicentres classiques. Leur volonté de lutter « jusqu’à la mort » pour leur cause est un facteur pour lequel les risques d’être capturés par les forces de sécurité se voient minimisés, rendant les bénéfices de perpétrer des actions terroristes encore plus élevés. La région ouest-africaine est ainsi entrée dans une nouvelle zone de turbulence et les paradigmes d’antan ont bien subi l’œuvre du temps et de la géopolitique.

LIRE AUSSI :   L'opposition ivoirienne manifeste à Paris contre un 3è mandat du président Alassane Ouattara

Pour conclure, il est possible d’expliquer l’expansion du djihadisme au Sahel à travers une première approche criminologique qui tient compte de plusieurs acteurs qui interviennent qu’ils soient directement ou indirectement impliqués dans la perpétuation du terrorisme, vu son lien intrinsèque avec le crime et les trafics illicites.

Le nécessaire renforcement du lien entre la société et l’État

D’abord, l’élargissement du champ des victimes peut, dans ce contexte, permettre de comprendre l’expansion du terrorisme visant aussi bien les zones urbaines que rurales. La forte possibilité de devenir victime des groupes terroristes dans certaines zones met en évidence le besoin de renforcer la surveillance et la présence des forces de sécurité, notamment dans les zones rurales et les enclaves frontalières.

D’ailleurs, il ne suffit plus d’aborder les aspects socio-économique qui peuvent pousser quelqu’un à rejoindre les groupes djihadistes de même que mitiger les déficiences au niveau judiciaire.

Selon Carolina Collado »La forte volonté des groupes terroristes de réaliser leurs actions au-delà de la région sahélienne est fondée sur une évaluation des coûts et des bénéfices qui peuvent être obtenus. »

L’absence de sécurité souvent citée dans certains endroits montre qu’il devient plus que jamais nécessaire de renforcer le lien entre la société et l’État pour empêcher l’enracinement de la rhétorique djihadiste. C’est ce que Bakary Sambe explique lorsqu’il souligne la nécessité d’empêcher que les groupes terroristes trouvent des « couveuses locales ».

Enfin, les groupes djihadistes eux-mêmes ont pour but le prosélytisme ainsi que l’affaiblissement des gouvernements, ce qui explique le projet d’expansion, même si leurs dynamiques répondent aussi aux intérêts économiques et aux sources de financement. Ils cherchent ainsi à exercer une forte pression sur les forces de sécurité et intensifier des actions dissuasives, comme celles entreprises par les groupes d’autodéfense.

La forte volonté des groupes terroristes de réaliser leurs actions au-delà de la région sahélienne est fondée sur une évaluation des coûts et des bénéfices qui peuvent être obtenus, ces derniers étant généralement bien plus élevés en raison de leur disposition à donner leur vie pour leur cause et surtout sauvegarder leurs intérêts.

*Criminologue, Chercheure associée à Timbuktu Institute (Mali)