Scandale – CAN 2019 : le sélectionneur Paul Put accusé de racketter les joueurs guinéens

L’équipe guinéenne fait la « une » de l’actualité depuis son élimination en huitièmes de finale de la CAN Egypte 2019. En effet, Paul Put est accusé par le président de la Fédération guinéenne de football d’avoir rançonné des joueurs contre une sélection. A l’issue d’une rencontre très houleuse entre le technicien belge et le patron de la fédération, les membres du staff technique sont rentrés à Conakry sans avoir informé la Fédération.

L’élimination de la Guinée de la Coupe d’Afrique des Nations, diminuée à cause de l’absence de sa star Naby Keita rentré à Liverpool pour des soins, continue de faire des vagues. Elle passe difficilement au sein des supporters mais aussi de la Fédération.

Paul Put, sélectionneur du Syli national, est suspecté d’avoir sélectionné des joueurs contre une partie de leurs primes. Et le président de la Fédération guinéenne de football, Mamadou Antonio Souaré, a informé le sélectionneur qu’il avait été informé de ses pratiques malsaines avec certains joueurs. « J’ai fait comprendre à Paul Put que j’ai appris que des joueurs sont rackettés au niveau de leurs primes. Je lui ai fait comprendre que j’ai des textos (SMS, Ndlr) d’échanges entre lui et certains joueurs à propos des primes », a révélé le président de la fédération.

A l’issue de cette séance d’explication dans un climat très tendue, les membres de l’encadrement technique de l’équipe guinéenne ont quitté l’hôtel sans avertir la Fédération. « J’ai été surpris de savoir que ce lundi matin tout le staff de Paul Put s’est volatilisé et tous sont rentrés. Pourtant ce n’est pas nous qui avions payé leur billet d’avion. C’est une irresponsabilité notoire et c’est vraiment du jamais vu dans l’histoire du football guinéen. Beaucoup de choses se disent au niveau du staff », a regretté Mamadou Antonio Souaré.

En rappel, Paul Put, finaliste malheureux de la CAN 2013 en Afrique du sud, avec les Etalons, avait été suspendu pendant 3 ans par la FIFA puis condamné en 2014 par la 49e Chambre du tribunal correctionnel de Bruxelles dans une affaire de matchs truqués. La suite du technicien belge sur le banc du Syli national pourrait prendre fin dans les prochains joueurs.

Source: Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook