RDC : Martin Fayulu appelle les citoyens à planter des arbres pour lutter contre les incendies de forêt

Martin Fayulu, ancien député et candidat à la présidentielle de décembre 2018, espère mener une campagne de boisement pour lutter contre les incendies de forêt qui affligent le pays depuis de nombreux mois.

“Notre forêt brûle ! Puisque le changement commence par vous-même, je vous invite à suivre mon exemple et à planter des arbres dans votre environnement et à dénoncer les pratiques visant à réduire notre” poumon collectif “, à déclaré Martin Fayulu, ancien député et candidat à la présidentielle de décembre 2018. Ce dernier espère mener une campagne de boisement pour lutter contre les incendies de forêt qui affligent le pays depuis des mois.

Des photos et des vidéos publiées par les médias sociaux ont montré l’homme mettant en terre des plants dans certaines parties du pays. Il a appelé tous les Congolais à rejoindre sa campagne pour la sauvegarde de l’environnement.

En août 2019, les incendies de forêt en Amazonie, en particulier au Brésil, ont attiré l’attention du monde sur cet incendie. La forêt amazonienne est connue comme l’un des poumons de la terre avec le bassin du Congo en Afrique.

Alors que l’Amazonie était une attraction vedette, les experts américains ont révélé que “deux pays africains” souffraient d’incendies autant que certains pays à travers le monde : https://www.africanews.com/2019/08/27/angola-drc-suffering-more-forest-fires-than-amazon-satellite-data/

«Weather Source a enregistré 6.902 incendies en Angola au cours des dernières 48 heures, contre 3.395 en République démocratique du Congo et 2.127 au Brésil. Ce n’est pas un phénomène rare en Afrique centrale », a déclaré un rapport de Quartz.“An AP report”: https://www.africanews.com/2019/08/29/africa-tops-global-forest-fires-but-amazon-merits-more-concern-explainer/

Bien que les incendies sont dominants en Angola et au Congo, ils se produisent souvent dans des savanes peu boisées et dans des champs cultivés par de petits agriculteurs, ce qui les rend moins préoccupants en matière de déforestation que ceux de l’Amazone, à déclaré un universitaire sud-africain.

« Il existe des problèmes de gestion des incendies dans ces écosystèmes (africains), mais le feu fait partie de leur écologie », a déclaré Sally Archibald, professeur à la Wits University de Johannesburg qui étudie la gestion des incendies et la dynamique des savanes.

« En Amérique du Sud, les forêts non-forestières équivalentes ont déjà été largement converties à l’agriculture de soja, mais en Afrique, elles sont largement non transformées.»

Source: africa news

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook