Protection des écosystèmes côtiers : Dagbego accueille la journée mondiale des zones humides

Par Jean Levry – Afriquematin

Le village balnéaire de Dagbego dans le département de Sassandra connaitra une animation partenaire ce week-end. Et pour cause, la cérémonie officielle de la journée mondiale des zones humides y aura lieu, précisément le samedi 02 février 2019.

Pour faire les choses en grand, les ressortissants du village réunis au sein de la mutuelle de développement de Dagbego (MUDEDA) ont couplé ces festivités avec celles du traditionnel Festival culturel et gastronomique de Dagbego (FESTI-GAZA).

« Zones humides et changement climatique » est le thème de cette journée organisée, en collaboration avec le Ministère des eaux et forêts à travers la direction générale des eaux et forêts ainsi  de la direction de la faune et des ressources cynégétiques. Elle est instituée par la convention de Ramsar sur l’environnement négociée en 1960 et ratifiée le 02 février 1971 dans la ville iranienne de Ramsar, au bord de la mer Caspienne et visant la protection des écosystèmes côtiers, à faire face aux dangers qui planent sur l’équilibre de la biodiversité dans les zones humides.

Le choix de Dagbego pour la célébration de cette journée mondiale n’est pas fortuit. En effet, le complexe Sassandra-Dagbego, d’une superficie de 10551 hectares dans le sud-ouest de la Côte d’Ivoire,  fait partie des 6 sites identifiés par la convention Ramsar en Côte d’Ivoire. Son inscription date du 18 octobre 2005.

« La Mutuelle de développement de Dagbego et la chefferie du village ayant eu connaissance du fait que le village est un site Ramsar, ont décidé de mettre cette journée à profit pour se pencher sur les défis environnementaux qui se posent au village. C’est pourquoi, nous avons choisi comme sous-thème ‘’agissons pour contre le changement climatique en reboisant la mangrove de Dagbego’’ », a expliqué Antoinette Kotchi, présidente de la mutuelle de Dagbego.

De fait, ce complexe balnéaire est aujourd’hui menacé de disparition avec l’érosion côtière et surtout la mort de la mangrove de la rivière Dagbé qui entraine la raréfaction des poissons. Les populations du village qui ont entrepris de reboiser les palétuviers y fondent un réel espoir en vue de permettre à ce village de retrouver son lustre d’antan.

Notons que le tourisme, l’une des principales sources de revenus de Dagbego avec le célèbre complexe hôtelier « Best of Africa » tombé en ruine à cause de la crise socio-politique de 2002-2011 relève d’un vieux souvenir.

Les festivités qui débutent le jeudi 31 janvier 2019 à Dagbego avec un planting de mangrove dont une pépinière a été savamment entretenue par les villageois, connaitront entre autres articulations une sensibilisation à l’écologie, un don de matériels aux jeunes du village et le concours culinaire avec les mets du pays Néyo.

jeanlevry27@yahoo.fr

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook