Presse écrite/ Un Nouvel organe pour promouvoir le Genre

Par Justin Kassy/afriquematin.net

Dans le cadre sélect d’un établissement hôtelier sis au Plateau, à Abidjan, s’est déroulée la cérémonie de lancement officiel du « Magazine GENRE ». L’événement a eu lieu le vendredi 13 mai dernier en présence de plusieurs invités composés d’hommes de presse et de communication pour assister à la naissance de ce nouvel organe.

Plusieurs autres personnalités ont pris part à la cérémonie

Mensuel gratuit, qui sera distribué dans les ministères, les Institutions, les Cabinets, et également en Afrique et en Europe, le « Magazine Genre » vient sur l’échiquier de la presse écrite combler un vide. Pour Corine Hazoumé, la directrice de publication la naissance de ce magazine est partie du constat, qu’il manquait dans le paysage médiatique, un instrument, pour promouvoir le genre, l’équité, et la parité des genres, et pour communiquer sur les actions des promoteurs du genre.

La volonté de l’équipe de Rédaction est « de mettre au cœur de la société, les valeurs immuables et intrinsèques, pour sortir d’une médiocrité de plus en plus décriée », a-t-elle déclaré. Référence dans les médias et comptabilisant plus d’une trentaine d’années d’expérience dans les médias, tant audiovisuel que presse écrite, Corine Azoumé veut révolutionner la sphère médiatique.

Soutien total des membres de l’Association des Antillais et Guyanais de Côte d’Ivoire (l’AAG-CI), présidée par Rolande Orsinet Etté ( en blanc),

Dans la présentation du Magazine, elle a précisé que la ministre de la femme, de la famille et de l’enfant, Nassénéba Touré qui fait la Une de ce premier numéro, « reste un modèle inspirant, au regard des actions d’envergure qu’elle mène, pour l’épanouissement des femmes urbaines et rurales », a-t-elle révélé.

 La directrice de l’équité et du genre, au ministère de la femme, de la famille et de l’enfant, Florence Tanoh a, en sa qualité d’invitée d’honneur, salué les échanges autour du concept genre. Elle a indiqué que « le genre est une vision, une approche, une façon de se comporter. C’est le respect des droits humains et le rapport entre les hommes et les femmes », a-t-elle rappelé, soutenant « de promouvoir l’égalité des chances et des opportunités plutôt que l’égalité des sexes, qui peut heurter les hommes ».

Abou Nidal a aporté son soutien à Corine Azoumé pour cette nouvelle expérience qu’elle embrasse.

Marraine de la cérémonie, la présidente de la Plapofcaci (Plate-Forme Politique des Femmes Candidates de Côte d’ivoire), Noëlle Houlé, a mis l’accent sur la parité des genres, « qui peine à être effective, malgré la volonté du président Alassane Ouattara, qui a signé le décret 2019-870 du 14 octobre 2019, qui indique un quota de 30% des femmes dans les instances décisionnelles et dans les assemblées élues.  Elle a exhorté l’équipe du Magazine à faire bouger les lignes, et à respecter l’éthique et la déontologie du journalisme, afin de remplir une mission d’intérêt général.

Plusieurs invités de marque ont pris part à cette solennité a vu la participation des membres de l’Association des Antillais et Guyanais de Côte d’Ivoire (l’AAG-CI), présidée par Rolande Orsinet Etté, Me Christine Nanou Adou, Notaire, le Président de l’Ong Désir d’Avenir, Hussein El Kayat, le Directeur Général de « Nidal Group », Abou Nidal et le Commissaire centrale de la CEI, Marguerite Yoli Bi Koné.