Port de Chaîne au pied/Effet de mode ou abomination   

 Par Donatienne Konan (stagiaire), afriquematin.net

Appelée communément « chaîne aux pieds », cet outil fait à base de métal, en colliers et en pierres précieuses est beaucoup apprécié par la gent féminine et les  Ivoiriennes ne sont pas en reste. Est-ce un effet de mode ou une simple parure pour se faire attirer les regards.  Une incursion dans le milieu de ces fanatiques nous révèle des secrets.   

Le port de chaines aux pieds est devenu un mode de vie pour les jeunes filles et même chez des femmes d’un certain âge respectable, voire avancé. Elles sont nombreuses à les porter, malheureusement peu en connaissent la signification.

Objets de beauté, diversement appréciés par les unes et les autres, le port de cette parure  au pied fait partie des us et coutumes. Porter une chaîne à la cheville est une habitude qui remonte à l’Egypte antique et celles qui se paraient les pieds,  étaient considérées comme des filles aux mœurs légères.

Dans certaines villes, en Côte d’Ivoire, particulièrement dans la capitale économique, ce phénomène qui a considérablement pris de l’ampleur reste tabou pour les uns(es) et  apparaît comme un effet de mode de beauté, pour certains(es) et inadmissible pour d’autres qui s’interrogent sur cette pratique.

Certaines personnes pensent qu’il y a un sens particulier en les arborant aux pieds. « Les porter à la cheville gauche est synonyme d’homosexualité et à droite d’hétérosexualité », fait savoir Albert K. Sociologue.

Mais le port de ces bracelets à la cheville, selon Mme S. Jeannette ne dispose pas de signification importante, « car la plupart du temps, le bracelet porté à la cheville est juste un accessoire de beauté, en somme  pour se sentir plus belle. Je le porte pour me faire plaisir, malgré que je porte une alliance au doigt. Beaucoup de gens ne comprennent pas, mais c’est un indicateur, cela ne veut pas dire que celles qui les portent sont des personnes aux mœurs légères. En tout cas moi, mon homme ne s’en plaint pas», met-elle en lumière.

Ces ornements   mettent aussi en exergue la beauté des pieds, qui sont synonymes d’une forte charge esthétique mais aussi érotique. Pélagie Gore souligne qu’elle porte «  les chaînes au pieds pour faire plaisir à mon mari. Il m’a confié que ces objets aux pieds l’attirent et le séduit plus ».

Étudiante dans une grande école de la place, Konan Prisca fait partie de cette classe de femmes  qui adorent se mettre en exergue avec ces accessoires à la cheville, « j’’aime les chaînes et les bracelets surtout lorsqu’ils sont portés aux pieds. C’est un bijou qui propulse la beauté des pieds, donc je ne vois pas d’inconvénients. Plusieurs femmes portent. Pour moi, c’est un effet de mode donc je suis la mode », explique-t-elle.

 Quant à la sénégalo-capverdienne Mariam Kalmar, commerçante de son état, elle soutient que le port de chaines au pied est un phénomène qui fait partie de leur vie ancestrale depuis des lustres, « mes tantes et mes sœurs en portent. Donc pour moi c’est normal que vous en voyez à mes pieds ».

Certains chrétiens et hommes de Dieu trouvent abominable cet état de fait et pour ces derniers, les chaînes au pied sont considérées comme un signe d’appartenance à un démon ou à un esprit.

 Membre d’une communauté chrétienne Armande Boni, étudiante s’offusque, car « ma religion interdit ce genre de pratique. Ces objets portés aux pieds sont nuisibles pour l’être humain sur le plan spirituel et l’individu qui les porte signe un lien avec les mauvais esprits sans le savoir ».

Ce phénomène qui est loin de faire l’unanimité apparaît comme une culture pour certain et un effet de mode pour d’autres.

Facebook