Politique nationale/ L’histoire est en train de se travestir sous nos yeux

Les Ivoiriens devraient être vigilants en ce sens que le RDR sinon le RHDP modifié est en train de nous attirer dans un piège que si nous ne prêtions attention allons y tomber poings et pieds liés.

Aujourd’hui tous, communauté Nationale comme Communauté Internationale sont unanimes que les élections prochaines sont à grand risque de déflagration de la société.
Tout le monde se fait du souci sauf, le RDR, pardon le RHDP modifié. Comprenons un lot de situations.

– Une inondation se prépare, tout le monde à de la crainte sauf les poissons et les animaux aquatiques. Ils seront dans leur domaine.
– Vous,  spécialistes de lutte villageoise, vous devez affronter un maître de Karaté ceinture noire et vous prenez une position de Karaté, son domaine. Il va vous battre.
– Vous qui avez une jambe en bois, qui faites du bruit, lorsque vous vous déplacez, vous devez affronter un aveugle et il vous attend dans l’obscurité, vous y allez, il vous battra, il se déplace au son.

Tous ces exemples pour caricaturer la sérénité du RDR, pardon du RHDP modifié, là où tout le monde a des craintes d’implosion de la société, de risque, lui, est serein.  Pourquoi, c’est justement parce que c’est sur ce terrain qu’il excelle le mieux, le désordre, la violence.

“Il faut dès maintenant demander pardon au RDR de se débarrasser de cette tendance au désordre et à la violence en faisant une pétition”.

Pour rappel, on est en 2000, la veille des élections présidentielles organisées par le Général Guéï, le Conseil Constitutionnel d’alors élimine des poids lourds comme les Présidents Bédié et Ouattara. Malgré l’injustice, aucune manifestation, le général a averti, celui qui lève le petit doigt il le trucide, tous appellent leurs militants au calme, à l’acceptation du verdict.
L’élection se passe avec ce que l’on connait au résultat, affrontement entre partisans de GuéÏ et ceux de Gbagbo, aucun mot d’ordre venant du PDCI ni du RDR à s’y immiscer, l’affrontement vire à la victoire des partisans de Gbagbo qui réussissent même à chasser le général d’Abidjan. Le calme revient et Gbagbo doit prêter serment.
Le jour de la prestation de serment et pendant cette prestation, voilà un appel lancé par le RDR à ses militants d’aller chercher le pouvoir qui serait dans la rue, sans avoir eu son candidat en compétition. Désordre, conséquence on nous parle de charnier de Yopougon consécutif à la réaction de gendarmes qui ont eu des leurs, dont un jeune officier trucidé, découpé à la machette à Abobo derrière rail… Le PDCI lui n’a appelé personne dans la rue.
En 2010 au premier tour de l’élection présidentielle, les trois grands Bédié, Ouattara et Gbagbo sont à l’appel, tout se passe bien dans toutes les zones avec un taux de participation jamais égalé de 83%, résultat Gbagbo 38%, Ouattara 32% et Bédié
« éliminé » avec soit dit-on 25%. Après un semblant de contestation, on part au deuxième tour entre FPI et RDR.
Dès les premières heures le Nord du pays s’enflamme, le domicile et le véhicule du Directeur de campagne de Gbagbo, le Dr Issa Malick Coulibaly, fils de la région, sont brûlés, lui-même et certains de ses partisans sont exfiltrés de Korhogo ainsi que certains observateurs internationaux, les militants de Gbagbo sont traqués et chassés des bureaux de vote, le RDR aidé de sa branche armé les Forces Nouvelles, prennent le contrôle de leurs zone CNO, encore désordre violence, le RDR est encore présent. Conséquence, crise électorale et officiellement trois mille (300) morts et officieusement plus de 30.000 morts.
Aujourd’hui nous sommes en train d’aller résolument vers le même scénario et le RDR, encore lui, métamorphosé en RHDP, voit une élection qui se passera avec la fleur à la main en chantant.
Et nous Ivoiriens – sommes en train d’aller vers le précipice RDR qui, lui, se sent à l’aise dans les situations confuses….

Il faut dès maintenant demander pardon au RDR de se débarrasser de cette tendance au désordre et à la violence en faisant une pétition.
Aujourd’hui ce parti sépare toutes  les autres formations  politiques FPI, MFA, PIT, UPCI, et le grand PDCI, sépare des Ivoiriens entre Nord et Sud, sépare les Nordistes eux même entre Soroistes et AGC. Aujourd’hui c’est le  Royaume Baoulé qui est touché par   ce parti   qui chamboule tous les Us et Coutumes de ce peuple ; Et voici une Reine-Mère qui est « intronisée » Reine, au dépend du Roi, son fils.
La Reine Pokou moderne qui donne son fils en sacrifice pour garder le trône, l’histoire est en train de se travestir sous nos yeux. Les chrétiens diraient, Prions ensemble.

 Serge Francis Domoraud (pris sur un mur)

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook