Politique/Le président de Ensemble pour l’Union et le Développement, Michel Bosson prône la paix et le vivre ensemble

Par Yann Dominique N’guessan/afriquematin.net

L’échiquier politique ivoirien vient d’enregistrer la naissance d’un nouveau parti, « Ensemble pour l’Union et le Développement (E.U.D) ». Son président-fondateur, Michel Bosson, par ailleurs président de la plateforme “Alliance”,composée de groupements politiques, a présenté sa formation politique le vendredi dernier au quartier M’badon à Cocody.

« Ensemble pour l’Union et le Développement (EUD) est un parti centriste, qui prône le juste équilibre », a indiqué d’entrée Michel Bosson. Pour le fondateur de ce parti politique, l’idéologie première qu’il s’est assigné, est d’impulser en « chaque citoyen la notion de respect des institutions de la république et de faire en sorte  que  les Ivoiriens dans leur ensemble abandonne la conscience individuelle pour adopter la conscience collective, en vue de contribuer à créer un environnement propice au développement économique, social et culturel de la Côte d’Ivoire », a-t-il  précisé lors de la conférence de présentation.

Les membres de l’E.U.D ont tenu à prendre part à cette première sortie de leur formation politique.

Selon lui et ayant connaissance du terrain politique et l’esprit dans lequel certains militants de partis politiques excellent, le président fondateur de  l’E.U.D a  tenu  compte des différences religieuses, ethniques. « De nos jours un parti politique ne peut pas diriger véritablement cette Côte d’Ivoire, parce que nous sommes une multitude de peuples », a-t-il révélé. Ainsi, n’a-t-il pas salué la méthode du père fondateur qui a su instaurer un brassage,  pour  bâtir une Côte d’Ivoire dans la paix, dans la stabilité,  « c’est cette fierté là que nous voulons  adopter, en vue de  consolider l’existant, tout en intégrant  les valeurs de la géopolitique », a-t-il indiqué.

Jetant un regard sur  la vie politique ivoirienne, Michel Bosson ne s’est pas fait prier pour dénoncer les dérives enregistrées depuis la première crise consécutive au coup d’état de 1999. « La Côte d’Ivoire, depuis quelques décennies est divisée, la méfiance a pris le pas sur le vivre ensemble entre les groupes ethniques et autres populations, au point que la sérénité n’existe plus entre  les personnes », a-t-il avoué en présence de représentants de partis politiques et de militants.

Des représentants de partis politiques ont apporté leur soutien au président de l’E.U.D, Michel Bosson.

Le père fondateur ne cessait-il pas  de répéter, « la paix n’est pas un vain mot, mais c’est un comportement », fait-il ressortir en guise du slogan de paix prôné par Félix Houphouët-Boigny.

Il a également interpellé chaque acteur politique à cultiver  ces valeurs ancestrales- « afin qu’à l’orée de cette période électorale, soit une occasion pour chaque ivoirien d’exprimer la joie et le bonheur de choisir son président au terme du scrutin pour bâtir notre pays que nous aimons tous, car c’est à dessein que avons choisi comme  devise « Le Pays d’abord », a-t-il invité.

Facebook