Pnd 2021-2025/Des infrastructures sanitaires améliorées et plus proches au programme pour une bonne prise en charge des populations

Abidjan, le 14 juin 2022 – La prise en charge médicale efficiente des populations avec le relèvement du plateau technique demeure une priorité pour le gouvernement qui s’est engagé dans la construction d’infrastructures de santé sur l’ensemble du territoire national et la réhabilitation de ceux existants.

Dans le cadre de la mise en œuvre du Plan National de Développement (PND) sur la période 2021-2025, évalué à 59 000 milliards de FCFA, le gouvernement, à travers le ministère en charge de la Santé, va bâtir un système de santé performant et résilient pour une bonne prise en charge de la population.

Pour ce faire, l’un des axes prioritaires consiste à améliorer l’efficacité et la performance des établissements sanitaires de deuxième et de troisième niveaux et du système de santé avec des Pôles Régionaux d’Excellence Santé (PRES) dans le cadre du développement des Pôles de Continuum des Soins (PCS).

Au niveau donc des infrastructures, les efforts du gouvernement devront contribuer à améliorer le niveau de l’accessibilité géographique des structures de santé et à investir dans la mise aux normes des plateaux techniques à tous les niveaux de la pyramide sanitaire dans le cadre de la mise en place des Pôles de Continuum des Soins (PCS) avec le développement du réseau des soins de proximité.

Les efforts porteront singulièrement sur la mise aux normes des infrastructures existantes (locaux, équipements, accès à l’eau, à l’électricité et aux latrines) et sur l’élaboration et la mise en œuvre d’une stratégie efficace de maintenance des équipements avec un accent particulier sur les normes d’acquisition, de garanties et de transfert de compétence aux cadres nationaux. Cette accessibilité géographique se conjuguera avec l’accessibilité financière en tenant compte du pouvoir d’achat des populations, notamment les plus vulnérables dans le cadre de la mise en œuvre de la CMU.

Ainsi, le nombre d’Etablissements de Santé de Premier Contact (ESPC) devrait passer de 2725 ESPC en 2019 à 3450 en 2025, avec la réhabilitation de 720, la construction de 330 ESPC, la réhabilitation de cabinets dentaires et de services d’ophtalmologie et d’ORL dans différentes régions sanitaires et l’équipement/réhabilitation de 18 établissements hospitaliers.

L’Etat veillera également au renforcement de la fourniture et secours en électricité des hôpitaux généraux, CHR et CHU de 500 ESPC et l’amélioration de l’accès à l’eau potable de 1500 centres de santé. De même, il s’agira de construire et réhabiliter des établissements sanitaires et des blocs opératoires dans 92 localités. Le ratio ESPC pour 10 000 habitants passera à 2 en 2025 contre 1,05 en 2019. De plus, la proportion de la population habitant à moins de 5 km d’un ESPC devrait se situer à 90% en 2025 contre 67% en 2018. Ces évolutions pourraient accroître substantiellement le taux de fréquentation des services de santé de 49,5% en 2019 à 65,8% en 2025.

Le gouvernement entend également mettre en place l’approche Pôles de Continuum des Soins (PCS) centrée autour des Pôles Régionaux d’Excellence Santé (PRES). 10 Pôles Régionaux d’Excellence Santé

PRES (San Pedro, Man, Odienné, Korhogo, Daloa, Bouaké, Yamoussoukro, Abidjan, Abengourou et Bondoukou) seront mis en place. Ils regrouperont tous les services hospitaliers, disposeront de plateaux techniques de qualité et bénéficieront de l’assistance des structures déconcentrées du ministère en charge de la Santé.

Ces Pôles Régionaux d’Excellence Santé (PRES) seront bâtis autour d’établissements hospitaliers existants qui auront été réhabilités, agrandis et mis à niveau à des standards internationaux pour être des références en matière de qualité et de disponibilité de soins.

L’important programme de développement et de réhabilitation des infrastructures et des équipements prévus devraient permettre de réaliser l’approche Pôles de Continuum des Soins (PCS) au niveau régional à travers les différents échelons de la pyramide sanitaire.

A titre d’illustration, le Pôle de Yamoussoukro sera bâti autour de l’Hôpital international avec une spécialisation dans la traumatologie, la chirurgie plastique et réparatrice et la neurologie. Ce pôle disposera de capacités diagnostiques de pointe à travers l’acquisition et l’installation d’équipements de laboratoire ainsi que de radiologie et d’imagerie de dernière génération.

Au niveau du pôle d’Abidjan, il sera procédé à l’installation des équipements de pointe au Centre National de Radiothérapie Alassane Ouattara (CNRAO) ; la construction et l’équipement d’un Centre de Radiothérapie à Grand Bassam ; l’installation et l’équipement d’une néphrologie et des services complémentaires au CHU d’Abobo ; l’installation d’équipements pour les diagnostics de pointe et la mise à niveau du plateau technique de l’Institut de Cardiologie d’Abidjan ; et le développement des capacités diagnostiques de première classe avec l’acquisition et l’installation d’équipements et de capacités de laboratoire.

Par ailleurs, six hôpitaux généraux seront construits à Kong, Taï, Bingerville, Daloa, Doropo et Anyama. Les réhabilitations et équipements concerneront 24 hôpitaux généraux/CHR notamment le CHR de Daloa ; les hôpitaux généraux d’Adjamé, Bassam et de Yopougon Attié. Ensuite, les CHU de Cocody, de Treichville et de Bouaké seront réhabilités, équipés et mis à niveau.

L’Etat entend également mettre en œuvre la réforme hospitalière à travers les Groupements hospitaliers, les Réseaux de Soin de proximité et de Télémédecine.

La santé constitue l’un des principaux éléments du pilier 4 du PND 2021-2025 intitulé Renforcement de l’inclusion, de la solidarité nationale et de l’action sociale.