Nouvelle loi sur la CEI / Bredoumy Soumaila Porte-Parole du Pdci-Rda martèle : « (…) une source de conflit pour les élections à venir »

Guillaume Ahi/afriquematin.net

Le coordonnateur de la grande cellule de communication et Porte-parole du Pdci-Rda, Bredoumy Soumaila a animé une conférence de presse le 15 novembre 2022 à la maison du Parti du Pdci-Rda sise à Abidjan-Cocody.  Dans son intervention,  le député Bredoumy Soumaila a rejeté la loi n° 2001-634 du 9 octobre 2001 portant composition, organisation, attributions et fonctionnement de la Commission électorale indépendante (CEI), adoptée par l’Assemblée Nationale  la semaine dernière.

« Sur un total de 18 représentants, le parti au pouvoir à 13 représentants et l’opposition dans son ensemble n’aura que 5 représentants », a dénoncé Bredoumy Soumaila. A l’en croire, cette nouvelle loi a été adoptée au mépris des amendements apportés par l’opposition. Poursuivant, Bredoumy Soumaila a rappelé le contexte de cette loi qui avait permis de régler certains problèmes dans le passé « En 2001, à la suite de l’élection présidentielle qui a porté le Président Gbagbo au pouvoir, le RDR a refusé de participer aux élections législatives qui suivaient immédiatement la présidentielle. Résultat, le RDR n’avait pas d’élu à l’Assemblée nationale. Une décision politique a été prise pour permettre au RDR d’avoir des représentants dans les Organes centraux et locaux de la CEI. Le RDR, entre-temps, a fini par aller aux élections locales et a remporté des mairies. La solution politique était que les Partis Politiques qui avaient, soit des députés, soit remportés des communes devaient être représentés dans les organes de la CEI, au niveau central, comme au niveau local. Par ailleurs, les dispositions d’alors n’autorisaient pas le Président de la République à présider un Parti Politique. C’est donc sur ces bases que la loi de 2001 sur la CEI a été votée à l’Assemblée Nationale, pendant que le RDR y était absent… » a expliqué en substance le porte-parole du PDCI. Et d’ajouter « Se fondant sur la loi de 2001, le RDR, devenu RHDP, propose une loi modifiée, totalement déséquilibrée et qui est une source de conflit pour les élections à venir. Et pour cause, le Président de la République est aujourd’hui président du parti au pouvoir ».

Face à cette attitude du Parti au pouvoir qu’il qualifie antidémocratique, le porte-parole du parti septuagénaire a laissé entendre « Nous ne cèderons pas cette fois…».  Pour conclure, il a insisté que le Pdci-Rda et le reste de l’opposition mèneront des combats utiles  pour que la Cote d’Ivoire retrouve la Paix, l’équité, et la justice.