Monnaie-ECO/ Muhammadu Buhari brandit le risque de dislocation de la Cédéao si

Dans une série de déclarations publiée hier mardi, le président du Nigeria, Muhammadu Buhari a-fustigé la volonté des pays membres de la zone Uémoa qui utilisent le Franc CFA de passer à l’ECO avant les autres membres de la Cédéao. 

Le président nigérian a pointé du doigt le manque de « confiance » qui prévaut dans les discussions devant mener à une adoption commune de la nouvelle monnaie de la Cédéao,  signe d’un certain malentendu qui est train de s’installer au sein de cet ensemble sous-régional.

Brandissant le spectre d’une dislocation de l’organisation, en raison de ces désaccords relativement au passage à l’ECO, Muhammadu Buhari prévient que les Etats-membres ne se montrent pas ridicules en entrant dans une union pour se distinguer potentiellement au plus tôt lorsqu’ils entreront. « Nous devons être clairs et sans équivoque sur notre position concernant ce processus », a-t-il précisé.

Il a également insisté sur le caractère stratégique de la nouvelle monnaie commune de cette sous-région, le président de la première économie d’Afrique qui représente à lui seul 70% du PIB de l’institution  a aussi déclaré ouvertement avoir « tellement misé sur ce projet pour laisser les choses à la simple convenance et à la commodité », a-t-il indiqué.

 Selon agenceecofin.com qui rapporte l’information, seul le Togo respecterait les exigences et critères principaux pour la mise en place d’une monnaie unique sous-régionale, parmi les pays de la Communauté économique des états de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Source : agenceecofin.com avec afriquematin.net

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook