Minusma/L’Onu honore l’adjudant-chef burkinabè Alizèta Kaboré Kinda

Par Iris Fabiola Yaëlle/afriquematin.net avec Onu-info

En service dans la Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation des Nations Unies au Mali (MINUSMA), l’adjudant-chef Alizèta Kabore Kinda du Burkina Faso a été désignée la femme policière de l’année 2022 des Nations Unies, le mercredi 31 août 2022.

Honorée pour ses efforts sur le théâtre des opérations, son travail visait à renforcer la confiance entre les autorités et les communautés locales, à soutenir les forces de sécurité maliennes dans la région de Ménaka. Son rôle consistait également à promouvoir et améliorer la compréhension des questions de genre, de protection de l’enfance, de droits de l’homme et de protection civile, y compris les victimes de violences sexistes.

Grâce à ses efforts, l’adjudant-chef Kinda a été honorée par l’Onu.

Grâce à ses efforts, un plus grand nombre de victimes de violences sexuelles et sexistes se sont manifestées pour signaler leur cas aux autorités locales et recevoir des soins médicaux. Elle s’est également attachée à augmenter le nombre de filles scolarisées et à réduire les mariages précoces.

Recevant son prix, l’adjudant-chef Kinda a exprimé l’espoir d’inspirer les femmes et les jeunes filles du monde entier à poursuivre une carrière dans la police malgré les stéréotypes sexistes souvent associés à la profession selon lesquels « les hommes seraient plus aptes à faire respecter les lois et à protéger la population».

Elle a exercé ces fonctions chez elle, au Burkina Faso, au sein du Ministère de la Sécurité dans la Brigade régionale de protection des femmes et des enfants, une unité de la police nationale, en tant qu’enquêtrice sur les violences et l’exploitation sexuelles.

 Fière d’avoir reçu le prix de la femme policière de l’année 2022 des Nations Unies, l’adjudant-chef Alizeta Kabore Kinda affirme un sentiment de joie, « parce que le travail que j’ai accompli à Ménaka a été reconnu et valorisé », s’est-elle réjouie.

Donnant l’information, le site unmissions.org note que le prix a été créé en 2011 pour reconnaître les contributions exceptionnelles des femmes policières aux opérations de paix de l’Onu et pour promouvoir l’autonomisation des femmes.

Le site rappelle également que tout au long de sa carrière, elle s’est concentrée sur la protection et la promotion des droits des femmes et des enfants, notamment entre 2013 et 2015, lorsqu’elle était référente aux questions de genre à la Mission de l’Onu en République démocratique du Congo.