Lutte contre le Travail des Enfant/Germain Gabo exhorte les médias ivoiriens prendre toute leur place dans le combat

Par Iris Fabiola Yaëlle/afriquematin.net avec sercom

Lauréat du prix sectoriel du CNS de la lutte contre le Travail des Enfant, le journaliste Germain Gabo du quotidien Fraternité Matin, revient sur le dossier qui lui a valu ce prix. Il invite la presse ivoirienne à jouer un rôle dans la lutte contre ce phénomène qui terni au plan international l’image et la réputation de la Côte d’Ivoire.

Vous êtes le lauréat du prix sectoriel du Comité National de Surveillance des actions de lutte contre la Traite, l’Exploitation et le Travail des Enfants (CNS) du concours Ebony 2020. Quels sentiments vous animent après  votre sacre ?

Evidemment, c’est un sentiment de joie immense. On peut avoir des récompenses, mais, être lauréat d’un Prix qui porte le nom prestigieux de la Première Dame, Dominique Ouattara, c’est le meilleur des honneurs. Je rends grâce à Dieu.

Votre enquête était portée sur quel sujet?

Pour Germain Gabo, il est temps de rétablir la vérité autour du cacao ivoirien.

Le sujet portait sur un reportage que nous avons fait à l’occasion de l’Opération « Bia 3 », au mois de  janvier 2020. C’était dans le cadre de la lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants. Nous avons suivi des patrouilles conjointes d’unités policières sur les axes Aboisso-Bianouan et Aboisso-Noé.

Qu’est-ce qui vous a motivé dans le choix de ce sujet ?

J’ai été surtout heureux d’être témoin, lors de ce reportage, de l’engagement du Comité national de surveillance des actions de lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants (Cns) à accomplir ses missions et du combat inlassable de l’Etat de Côte d’Ivoire contre le travail des enfants et le trafic des mineurs.

Avez-vous eu des pistes de solutions sur cette épineuse question du travail des Enfants ?  

La question du travail des enfants, notamment dans les plantations de cacao, est au centre des débats depuis quelques années. Dire que ce sont des enfants qui sont au cœur de la production de l’or brun en Côte d’Ivoire est un abus et une méconnaissance grave du mode de vie des Ivoiriens, particulièrement en zone rurale.

Je suis convaincu qu’en plus des actions de terrain, la meilleure manière de lutter contre cette « désinformation ambiante » dont est victime la production cacaoyère ivoirienne, c’est de communiquer. Il faut expliquer, sans cesse, images et vidéos à l’appui, sur tous les canaux de communication, que la Côte d’Ivoire n’a pas une tradition d’exploitation et de maltraitance des enfants.

En tant que lauréat du prix sectoriel du CNS, avez-vous un message à adresser aux populations dans le sens de la lutte contre le phénomène du travail des enfants ?

J’estime que tout Ivoirien, où qu’il se trouve, a le devoir de défendre son pays. Il y a certes des individus qui s’adonnent au trafic de mineurs et à l’exploitation d’enfants dans les plantations. Le CNS a d’ailleurs pour mission de mettre fin à ces pratiques.

A cet effet, j’appelle les populations à signaler et à dénoncer toutes les personnes qui, dans leur entourage, exploitent des enfants. Et enfin j’exhorte les médias ivoiriens à prendre toute leur place dans le combat contre le travail des enfants. Ce fléau a déjà trop terni l’image de la Côte d’Ivoire. Il est temps de rétablir la vérité autour du cacao ivoirien.