Littérature : Nicole KANGAH, graine d’écrivain.

Propos recueillis par Vouzo Zaba, Afriquematin.net.

 Belle, jeune et une ambition à la hauteur de la fertilité des idées qui s’emboitent les unes après les autres, Kangah Agohi Amoin Nicole, bientôt connue sous le pseudonyme de Nicole Kangah, va mettre à la disposition  des amoureux du livre un recueil de poèmes intitulé ‘’ Naufrage et bouée de sauvetage’’, dont les vers traduisent trait pour trait  la vision de celle qui, après avoir été longtemps une adepte de la lecture, a  franchi le pas de l’écriture. Entretien.

Qui est Nicole Kangah?

Je tiens tout d’abord à vous remercier pour l’opportunité que vous m’offrez au travers d’Afriquematin. Je suis Kangah  Agohi Amoin Nicole. Je suis assistante de direction et bientôt  écrivaine avec le  pseudonyme  de Nicole Kangah.

Racontez-nous un peu d’où est partie cette passion naissante pour l’écriture ?

Tout est parti du goût que j’avais pour la lecture  depuis les bancs de l’école primaire.Ensuite ce fut les années lycée au cours desquelles j’arpentais régulièrement les couloirs des bibliothèques. Je me souviens encore que je me fixais un quota de livres à lire pendant un délai que j’arrivais tant bien que mal à respecter. Le déclic est certainement parti de la classe de 3ème. En effet, je m’étais rendu compte à partir d’un certains moment  que j’avais parcouru pas mal d’œuvres littéraires et qu’à mon tour, je devais me mettre à en produire. J’ai donc commencé par l’esquisse d’une histoire emprunte de mes ressentiments et attentes avec néanmoins un peu d’imagination. Il fallait y mettre de la  cohérence pour ne pas que cela frise la fiction.La totalité de l’histoire sera à la disposition du public dès la sortie de cette œuvre romanesque.

Cette histoire était-elle  pure fiction ou a-t-elle été empruntée à votre vie personnelle ?

En vérité, c’est un peu des deux. Comme je l’ai souligné tantôt, j’ai, au travers de cette histoire, projeté mes ressentiments personnels dans le personnage qui, lui, sort tout droit de mon imagination. Mais pour les autres histoires qui sont pour l’instant sous tapuscrit, c’est  seulement le vécu quotidien des uns et des autres avec encore une touche d’imagination.

Quelques œuvres littéraires ont marquées votre parcours ?

Les romans policiers, à cause des intrigues et le suspense, ont été les premiers  à  me captiver. Les énigmes que le détective de police où l’officier doit décoder afin de percer les mystères qui jalonnent ce type de romans. Dans ces romans, les conclusions hâtives sont  écartées au profit des détails minutieux.  Dans ce registre, j’ai apprécié et  beaucoup aimée les dix petits nègres de la romancière anglaise AGATHA CHRISTIE. Dans la même donne, La tricheuse du Français Guy Des Cars qui est tout aussi énigmatique. Pour ce qui concerne les auteurs ivoiriens, j’en ai beaucoup lu mais je ne citerai qu’une  icône, Bernard Dadié, dont les œuvres  poétiques, continueront toujours à me bercer, notamment ‘’la ronde des  jours’’. Aussi  je n’oublierai pas Léon Gontran Damas pour son chef d’œuvre ‘’Pigments’’.

Venons-en à votre œuvre qui va bientôt paraitre.

C’est un recueil  de poèmes intitulé Naufrage et bouée de sauvetage’’ dans lequel l’espoir, l’espérance, la foi et le pardon reviennent très souvent. Il est constitué de quarante et un (41) poèmes. En sous-titre j’ai choisi ‘’ma quarantaine verdoyante’’.Les couleurs d’espoirs de notre Côte d’Ivoire et de notre Afrique y sont peintes, évidemment sous un  regard  poétique.

Pourquoi  le titre Naufrage et bouée de sauvetage ?

Chaque Etre humain a en soi une graine d’espoir qui croit sens cesse malgré les péripéties du quotidien. Il y a toujours une lueur d’espoir à laquelle chacun s’agrippe malgré les travers du monde que les médias véhiculent en tout temps. Même quand il advient des larmes dans une situation malheureuse que l’on traverse,  on scrute toujours cette lueur d’espoir qui va apporter le sourire. C’est tout le sens que revêt le titre de ce recueil de poèmes.

Que voulez-vous faire ressortir au travers ‘’ quarantaine verdoyante’’ ?

Quarantaine pour  tout simple dire que  ce recueil est composé de 41 poèmes. Le terme ‘’verdoyante ‘’vient du fait que chaque lecteur  retrouvera un brun d’espoir et l’abondance que symbolise la couleur verte. En somme, c’est tout ce qu’il y a de positif et de bien que chacun recherche en son fort intérieur.

A quand la sortie de ce recueil ?

La sortie de ce premier recueil de poèmes est prévue pour le trimestre prochain si je m’en tiens à ma maison d’Edition.

On va changer de cadre pour des thèmes tout aussi importants. Quelle est la place qui devrait revenir à la femme aujourd’hui ?

Sachez que ce thème qui, comme vous le dites si bien, est d’une importance certaine, a été traité un tant soit peu dans mes  poèmes,  précisément dans ‘’Femme de vie’’. La femme doit apporter la vie dans tout ce qu’elle entreprend comme elle le fait d’ailleurs si bien dans son rôle naturel de génitrice.Je disais donc que la femme doit apporter la vie de par son efficacité, sa capacité à s’affranchir du joug de l’asservissement à un rôle stéréotypé qui n’a pas toujours fait avancer la société. Je parle notamment de son confinement aux tâches ménagères. Il y a un adage qui dit que la nuit porte conseil. Dans ce cas précis, l’homme devrait avoir la sagesse de s’ouvrir à sa moitié pour qu’ensemble les problèmes soient solutionnés.

Y  a-t-il une  femme en particulier que vous tenez en estime ?

Si je devais citer des femmes qui adhèrent aux traits que je me fais de la femme d’aujourd’hui,  j’en citerais beaucoup. Mais un seul nom pour ne citer qu’un : la Chantre chrétienne  Constance. De par sa simplicité, sa capacité à changer des vies via les thèmes qu’elle aborde dans ses chansons. Elle arrive à concilier à son aise sa vie professionnelle et son engagement avec le Dieu qu’elle sert dans son ministère. On a eu à reprocher des choses à des personnes dont on avait de l’estime et pour qui l’on ne pouvait soupçonner des écarts de conduite. Constance au contraire a traversé toutes ces années sans que la presse ne raconte des ragots à son encontre. C’est un mérite qu’il faut saluer et  prendre en exemple.

Comment, à votre avis, la femme peut-elle prendre une part active à la  vie politique en Côte d’Ivoire ?

Elle doit être une actrice qui se doit de se départir de tout ce qui a jusque-là guidé les actions des différents leaders qui ont été en charge de la conduite des affaires d’Etat. Ce sont la gabegie, le clientélisme, la corruption et tout ce qui fait quotidiennement la Une sombre  des tabloïds. Elle doit gérer de façon saine les affaires de l’Etat, elle doit agir dans le sens de la bonne gouvernance et engager des actions humanitaires en faveur des classes les plus défavorisées. Et si elle n’est pas une actrice de premier plan, Elle doit attirer l’attention des principaux acteurs dans le sens des valeurs que j’ai citées.

La place de la spiritualité dans votre vie.Nicole KANGAH

Dieu  occupe la toute première place dans ma vie et je ne crois pas que cela puisse être autrement. Je lui confie les rennes de tout, avant toute entreprise. Les décisions à prendre, les questions sur mes orientations.

Quels sont vos autres projets ?

J’ai déjà produit un manuscrit romanesque qui suit progressivement son processus avant sa parution.Je poursuis la rédaction de mon 1er recueil de nouvelles. Par ailleurs, ‘’Secrétariat cafétéria ‘’ est le titre de mon futur roman autobiographique. Pour l’assistanat de direction dans lequel j’exerce en ce moment même, je compte créer une société de téléassistance.

Nicole Kangah est-il  un cœur à prendre ?

Je n’aime pas exposer cet aspect de ma vie qui est mon jardin secret. Je vous prie donc de ne pas m’en tenir rigueur. (Elle sourit).

Pour terminer, votre appel à l’endroit de la jeunesse et de tous ceux qui ressentent le besoin d’écrire.

J’encourage toute personne qui  veut se mettre à la plume. Il y aura de toute évidence des écueils sur le sentier mais que cela ne soit aucunement une entrave à l’objectif que l’on s’est fixé. On pourra être vexé par quelqu’un ou en particulier par une maison d’édition, mais il ne faudra surtout pas désespérer et baisser les bras. Il faut continuer à écrire parce que le monde a soif d’écrits. Aux jeunes, qu’ils fassent fructifier les moyens dont ils disposent à la base. On est toujours passionné par quelque chose de positif. Que chacun use de moyens licites pour  matérialiser cette passion.On peut commencer par une action minime qui, à force de persévérance, va porter ses fruits. Puisque nous en sommes au terme de cet entretien, je vous remercie de m’avoir donné cette opportunité de me faire connaitre au travers de votre médium Afriquematin. Je souhaite bon vent à toutes vos activités et que Dieu vous bénisse ».

Comparer

Facebook