Les propos discourtois d’un gabonais ‘’lynché’’ par les internautes ivoiriens manquent de provoquer une crise diplomatique

Par J.L – Afrquematin.net

Si cette affaire ne provoque pas une crise diplomatique entre la Côte d’Ivoire et le Gabon, elle aura, tout de même, irrité bon nombre de personnes sur la toile. Les internautes ivoiriens, offensés, vexés, n’ont pas manqué d’apporter la réplique à la hauteur de l’attaque subie.

De fait, Clovis Nzong, jeune gabonais, dans une sortie hasardeuse, a tenu, via son compte facebook des propos injurieux, d’une teneur particulièrement grave à l’égard du peuple ivoirien (voir Capture écran). La réaction des ivoiriens ne s’est pas fait attendre. C’est à un véritable ‘’lynchage verbale’’ que l’infortuné posteur, qui doit actuellement avoir le sommeil troublé, a eu droit de la part des internautes ivoiriens.

Furieux, ceux-ci ont appelé à signaler le compte facebook du gabonais afin qu’il soit supprimé. Dans le même temps, tout en tournant en dérision le gabonais, ils l’ont copieusement raillé en le comparant tantôt à ‘’un diable’’, tantôt à un ‘’cinglé’’ qui ne sait pas ce qu’il dit, encore moins à qui il s’en prend.

En tout cas, ce compatriote d’Ali Bongo aura eu pour son compte et cela devrait servir de leçon à toutes ces personnes qui se donnent certaines libertés sur les réseaux sociaux. En tout état de cause, les utilisateurs des réseaux sociaux devraient s’abstenir de porter des jugements de valeur sur les peuples, les tribus, les ethnies et les races aux risques de provoquer des tensions inutiles portant en eux les germes d’un éventuel conflit ou d’une crise diplomatique.

Heureusement que cette dérive langagière du jeune gabonais qui a été perçue par les ivoiriens comme ‘’les errements d’un égaré en plein délire et contenu entre internautes’’, n’a entaché en rien les relations d’amitié légendaire qui lient la Côte d’Ivoire au Gabon.

L’on a encore en mémoire la crise diplomatique qui était survenue entre les deux pays quand, pour sa prise de position dans la crise militaro-politique de 2002 en Côte d’Ivoire, le Président d’alors, Laurent Gbagbo avait traité le président Gabonais, Omar Bongo Odimba de « rigolo ». À cette époque, les gabonais avaient dénoncé une attaque contre la dignité du peuple gabonais et les relations entre les deux Etats s’étaient détériorés avant de se normaliser grâce à l’intervention de certains chefs d’Etats Africains.

Les commentaires sont fermés.