Insécurité/Un élu s’inquiète de la présence des éléments incontrôlés habillés en treillis dans sa circonscription

Par Justin Kassy/afriquematin.net

 Elu récemment le 6 mars 2021 dernier comme Député, Séhi Gaspard vient d’effectuer une tournée dans sa circonscription électorale de Facobly. Il était heureux de retrouver les populations qui lui ont accordé leurs suffrages. A ses administrés il a  expliqué  sa politique de développement au niveau de la région pour qu’elle puisse sortir de l’ornière.

Accueilli à la dimension de son rang par les populations, l’ancien Directeur de l’Administration territoriale, Séhi Gaspard a constaté lors de cette tournée un fait qui a cours  dans sa circonscription. Il s’agit du comportement peu honorable de certains hommes en treillis qui sévissent comme de véritables bandits  dans le département.  « Je viens d’achever une tournée dans le Département de Facobly qui regroupe- la Circonscription de Facobly-Guezon-Koua-Semien-Tieny Siably. Le constat qui s’impose à moi et à ma délégation, au terme de ma tournée est la présence, sur la quasi totalité des routes, d’individus armés, habillés dans du treillis non conventionnel, portés par les forces régulières ivoiriennes depuis le changement de leurs uniformes », a-t-il fait savoir.

Le député Séhi Gaspard reste dubitatif face aux agissements des éléments incontrôlés des FRCI dans sa circonscription électorale.

Ces individus peu recommandables ignorent les préceptes des lois de la grande muette et depuis la fin de la crise postélectorale,  ils se font maîtres des lieux, « ils tiennent des barrages qu’ils ne lèvent que lorsque les pauvres usagers de la route s’acquittent le laissez-passer d’un montant qui varie entre 500 et 1000 f; au vu et au su de toute la hiérarchie militaire de la région du  Guemon et du Tonkpi; en cette période où nos populations sont devenues encore plus pauvres, du fait de la mévente de leur produit agricole et  du renchérissement du prix des denrées alimentaires ».

Ces éléments incontrôlés sont sortis des rangs des FRCI résiduels, « ces forces de triste mémoire,  auteurs des tueries de Nahibly et de Guitrozon, Petit Duékoué », rapporte le député.

De qui répondent-ils?  Quelle mission leur a- t- on confiée? Alors que le désarmement et la réinsertion sont censés être achevés depuis des années ! « Que leur présence soit clarifiée car ils constituent une menace permanente pour les populations du Département de Facobly», a-t-il mis en évidence.

Facebook