Document sans nom
AfriqueMatin TV Ivoire Dimanche La relève Dimanche Soir Guerres Info

Guibéroua/ Zézé Souassou Nicole Princesse, candidate aux municipales :« C’est notre don de charité que nous allons partager avec tous nos parents de Guibéroua »

Par Morrys OUAYOU – Afrique Matin.Net

Présidente de l’ONG ANEDOUO INTERNATIONAL qui a permis de pourvoir plusieurs formations sanitaires de Côte d’Ivoire en équipements, et femme de réseaux internationaux très importants Madame Zézé Souassou Nicole Princesse a décidé de briguer la Mairie de sa ville natale, Guibéroua. Après la députée Myss Belmonde, une femme réussira-t-elle encore à surclasser les hommes et les partis politiques? Souassou vous ouvre ici son cœur.

Vous n’êtes assez connue dans le milieu politique ivoirien. Peut-on savoir qui est Zézé Souassou Nicole Princesse ?

Je suis ZEZE SOUASSOU NICOLE PRINCESSE, native de NIAPRAHIO, village de DIDIER DROGBA, à GUIBEROUA, dans la Région du GÔH. Depuis vingt ans je vis en France ; je suis infirmière de formation, et j’ai exercé pendant plusieurs années à l’Hôpital de Lorient. Il y a onze ans, des amis et moi avons créé l’ONG ANEDOUO INTERNATIONAL, Structure à caractère social et humanitaire. Nous avons initié cela parce que nous savons que dans les Pays du Tiers Monde, il y a des besoins. Mais depuis la crise de 2002 dans notre Pays, nos structures sanitaires et scolaires ont été fort endommagées. L’Etat ayant beaucoup d’autres priorités, nous nous sommes fixés un objectif bien précis en créant cette structure : aider nos populations en général en Côte d’Ivoire, et en particulier à Guibéroua dont je suis originaire. Et donc depuis onze ans, nous nous consacrons à l’humanitaire et au social. Nous avons depuis 2007 octroyé plus de 2000 Bourses d’études dans les cycles BTS Ingénieur et Professions qualifiantes. Depuis 2012 nous avons reçu des Bourses d’études que nous avons redistribuées à des enfants démunis étudiants. Et nous avons envoyé cinq (5) d’entre eux en formation en Chine. Ils y sont allés apprendre la Médecine du sport, la Médecine chinoise, et surtout les langues dont le Chinois. En 2017, ANEDOUO INTERNATIONAL a fait un important don au Fonds de Prévoyance de la Police Nationale de Côte d’Ivoire. Et encore cette année, d’ici quelques semaines, nous allons encore faire un autre don assez important au FPPN, parce qu’un partenariat nous lie désormais. A Guibéroua, nous agissons pour améliorer les conditions de vie de nos populations. Nous avons également offert des Bourses d’études, et nous avons réalisé plusieurs préaux dans des villages. Parce que dans notre culture, et dans la société africaine, le préau est d’une importance particulière. Nous donnons beaucoup de kits scolaires à chaque rentrée, nous équipons les structures de base de santé. Et pour confirmer cela, nous nous préparons à faire un don le samedi 06 Octobre 2018 prochain ; nous allons équiper entièrement le dispensaire et la maternité de KPÔ (KPÔGROBE) avec du matériel d’une valeur de plus de quinze millions de Francs CFA. Voici en gros ce que nous faisons depuis 2007.

On vous connait Femme au grand cœur qui mène d’importantes actions humanitaires dans toutes les régions de la Côte d’ivoire à travers votre ONG ANEDOUO INTERNATIONALE basée en France. Mais vous voici candidate aux élections municipales 2018 à Guibéroua. Qu’est-ce qui vous attire à la politique ?

D’abord, ce qui nous attire, c’est le souci d’apporter quelque chose de plus meilleur à nos populations. Et nous venons avec ce projet des municipales. Pour nous, ce n’est pas la politique politicienne, mais la politique du développement, la politique du social. Et Dieu nous a fait grâce d’être en Europe et d’avoir tissé des relations très importantes et intéressantes pour nos populations. Avec nos partenaires sociaux internationaux dont  l’Union Européenne, qui disposent de pas mal de financements, nous avons à cœur de développer Guibéroua et d’améliorer les conditions de vie de nos populations. C’est pourquoi, avec des amis, nous avons décidé d’être candidats aux élections Municipales pour apporter le développement sur tous les plans. Guibéroua est depuis 1961 Sous-Préfecture. Depuis plus de 25 ans nous avons une commune et nous n’avons même pas l’essentiel. Aujourd’hui à Guibérioua  nous avons un gros problème d’eau potable. Il n’y a pas d’eau potable à Guibéroua. Ne dit-on pas que l’eau est source de vie ? Nous avons très mal et nous sommes vraiment prêts à mettre à la disposition de nos parents tout ce qu’il leur faut pour vivre décemment. Et donc avec toutes ces structures importantes internationales qui nous soutiennent depuis onze ans, nous allons offrir d’abord à toutes les populations de Guibéroua l’eau potable. Et ensuite, bâtir  la cité. C’est vrai que nous ne sommes pas les plus riches, mais Dieu incline toujours les cœurs des personnes qu’il faut vers nous. C’est un don de charité que nous allons partager avec tous nos parents de Guibéroua.

N’êtes-vous pas en train de contrarier toutes les actions caritatives que vous avez menées en vous jetant ainsi dans cet univers dangereux de la politique ?

Comme je l’ai dit tantôt, on va laisser la politique aux politiciens. Nous, nous venons en tant qu’acteurs de développement. En 2007, lorsque nous avons créé ANEDOUO INTERNATIONAL, nos élus n’ont pas voulu à juste raison que nous travaillions comme on l’avait souhaité pour Guibéroua. C’est ainsi que nos actions sont allées ailleurs partout en Côte d’Ivoire. Aujourd’hui, nous demandons à nos parents de nous accompagner à la Marie de Guibéroua en votant massivement pour nous. C’est vrai que nous sommes déjà fort crédibles, mais nous avons besoin de prouver à nos nombreux partenaires que nous avons derrière nous une forte population. Etant une ONG, nous sommes forts ; mais quand nous allons être portés à la tête de la Mairie, nous serons doublement forts. Pour le grand bonheur des populations de Guibéroua.

Comment hommes, femmes et jeunes de Guibéroua ont-ils accueilli la nouvelle de votre candidature aux élections municipales 2018 ?

C’est favorablement que tous ont accueilli la nouvelle de notre candidature. Les populations de Guibéroua nous connaissent très bien. Nous sommes une véritable référence sur le plan du social et de l’humanitaire à Guibéroua. Et donc les hommes, les jeunes et surtout les femmes sont convaincus que si au soir du 13 octobre 2018 nous sommes élus, nous allons mieux les aider et réussir à sortir Guibéroua de ce piteux état.

A travers votre ONG ANEDOUO INTERNATIONALE, vous oeuvrez depuis des années pour la Paix, le Rassemblement, le Rapprochement, l’Unité, le Bien-être, la Solidarité. Ces facteurs sont-ils suffisants pour convaincre vos parents à vous porter à la tête de la Mairie de Guibéroua au soir du 13 Octobre 2018 ?

 Je dis oui parce que nous partons une candidature indépendante. Moi, personnellement, je n’ai pas encore milité dans un parti politique ici en Côte d’Ivoire, même si chacun de nous a un penchant. Mais pour nous, ce qui est essentiel, c’est de trouver une solution urgente aux difficultés que vivent nos parents depuis des années à Guibéroua. C’est ça qui nous préoccupe. Avec notre potentiel et notre expérience, au vu des actions sociales déjà menées sur le terrain, nous pensons être le garant de l’espoir de nos populations, et donc la candidature la plus favorite de ces élections municipales 2018 à Guibéroua. Nous oeuvrons effectivement pour la Paix, l’Unité, le Rassemblement et la Solidarité au sein de nos populations. Car c’est dans la Paix et étant solidaires que les bonnes et grandes actions sont réalisables. Avec nous, les populations se disent, voilà des personnes soucieuses de notre bien-être et du développement de notre région, qui ont déjà posé des actions concrètes pour tout le monde sans faire de différence ; ce sont ces personnes-là qu’il nous faut à la tête de la Mairie de Guibéroua. Pour nous, le développement n’a pas de nom. Le développement n’a pas d’appartenance politique ou religieuse. En 2008, nous avons offert la première ambulance à ZOHOA, un village de Guibéroua. Le faisant, nous avons décidé de mettre fin aux souffrances des populations qui étaient toujours obligées de se rendre à pieds ou par un autre moyen inapproprié en ville (Guibéroua) pour se faire soigner. Car ceux qui sont en ville peuvent facilement se rendre au dispensaire. Mais nos parents  des villages éloignés avec des pistes impraticables, c’était vraiment difficile. En équipant donc toutes ces structures sanitaires de base, pour accueillir nos parents malades dans des conditions idéales, nos parents ont vite compris que nous sommes ceux qu’il leur faut. Avec les milliers de bourses d’étude que nous offrons chaque année, les jeunes restent nos alliés et doivent nous accompagner dans notre noble projet de conquérir la Mairie de Guibéroua. Nous allons créer d’importantes richesses pour les jeunes et avec les jeunes. Nous avons plusieurs projets déjà prêts à être réalisés pour le compte de la jeunesse de Guibéroua grâce à nos Partenaires extérieurs. Et c’est ça la différence ! L’Etat à lui seul ne peut pas tout faire. Nos élus ont pour habitude de courir de gauche à droite pour aller chercher des partenaires sociaux, des structures d’aide. Mais nous avons déjà toutes ces structures d’aide, tous ces partenaires sociaux avec nous depuis onze ans qui nous font entièrement confiance. Nous sommes donc dans la continuité de l’action sociale, de l’action humanitaire au profit des populations de Guibéroua.

D’aucuns vous présentent comme étant cette grande Dame si généreuse et ambitieuse qui vient faire de Guibéroua ce que les hommes n’ont pu réussir. Sans toutefois remettre en cause ce qui a déjà été fait.

Pour nous, les aînés sont passés, ils ont fait leur part. Aujourd’hui, nous suivons leurs pas pour mieux faire tout simplement. Et pour donner cette chance à nos femmes, à nos filles de pouvoir se prendre en charge. C’est vrai que chacun vient pour dire : je développe. Mais on développe quoi, avec qui, avec quoi et pour qui ? Les financements ne peuvent pas suffire au niveau de l’Etat pour couvrir toute la Côte d’Ivoire. Même en Europe, il y a ce qu’appelle le part-monde. Et ce sont les Associations et les ONG qui s’en occupent dans tous ces pays développés. Nous venons donc offrir à Guibéroua le développement, le social, la Paix, le Rassemblement de tous ses enfants, la Solidarité.

Nous sommes à la fin de notre entretien. Avez-vous une adresse particulière à l’endroit des populations de Guibéroua ?

Oui, simplement dire à tous nos parents qu’il est vrai que Guibéroua reçoit huit candidatures cette année, mais la nôtre est bien particulière. Elle est conduite par des femmes. La femme ne ment pas. Elle est constamment dans l’action, avec toujours une vision. En soutenant une femme, on doit savoir que derrière elle il y a toujours un grand homme, des femmes qui ont de très bons projets à réaliser, des personnes âgées, des jeunes, des enfants. Et donc je peux dire ce matin à la population de Guibéroua de continuer à croire en nous. Avec nous, c’est la continuité. Nous avons déjà des acquis ; et des acquis réels en Côte d’Ivoire et dans le monde. Notre dernier don a été fait aux Îles Comores, à plus de douze heures de Paris. Si on le fait pour des gens qu’on ne connaît pas, c’est parce que le cœur est disposé. C’est un don de soi, et on souhaite vraiment faire profiter la population de Guibéroua. Nous avons beaucoup à leur apporter. Que nos parents acceptent de faire tout simplement la différence. Comme les parents l’ont déjà fait avec l’Honorable BELLEMONDE, qu’ils essaient aussi au niveau de la Mairie avec une femme. Et ils verront bien de quoi une femme, une mère peut être capable. Nous sommes prêts à aller cueillir la lune pour l’envoyer à Guibéroua. Pour le bonheur de nos parents. Nous vous remercions et nous remercions également toute l’équipe de rédaction de votre journal à laquelle nous ne manquerons pas de rendre visite.

Facebook