ads bas

Genre et Parité Homme-Femme : Le BIFE et les organisations féminines s’activent pour ‘’ le symposium International sur l’Equité et l’Egalité du genre’’.

ads bas

Par Vouzo Zaba, Afriquematin.net

Le Bureau International de la Femme et de l’Enfant (BIFE) et plusieurs  Organisations féminines ont invité  la presse, ce vendredi 26 octobre 2018,  pour informer l’opinion nationale et tous les partenaires engagés dans la lutte pour l’effectivité de la parité homme-femme, sur les démarches entreprises en prélude au ‘’Symposium International sur l’Equité et l’Egalité du genre’’.

« Nous avons jugé opportun de réunir pour ce symposium le maximum d’organisations féminines, en Côte d’Ivoire et dans le monde, qui luttent pour l’effectivité des lois en faveur de l’égalité des sexes, pour que celles-ci parlent d’une même voix. Nous voulons que ce soit  une coordination d’associations qui puissent emmener le  législateur, au travers de nos gouvernants, à tout mettre en œuvre pour ne plus que la parité  soit  réduite à des slogans politiciens» à  tenu à préciser à la presse Beugré Miézan Damas, coordonnateur  du BIFE qui est à l’initiative de ce symposium.Le BIFE

Les associations féminines présentes, l’Association MATUBO, l’ONG ‘’Femmes de Salem Internationales, La plateforme ‘’Héroïnes d’Ici’’, ‘’femme en action’’, ‘’les Elle des femmes’ ’et d’autres organisations ont chacune donné les raisons de leur engagement à cette rencontre qui, selon les organisatrices, se révèle comme une occasion inouïe de montrer à la face du monde en générale et des autorités ivoiriennes en particulier l’une des plaies qui mettent à mal le développement de la Cote d’Ivoire. Pour Irad Gbazale, présidente de ‘’Femme en action’’ : « La sous-représentativité des femmes dans les instances de décision est un handicap majeure pour une  orientation efficiente des programmes de développement. Nous serons présents à ce symposium afin de booster les choses pour que  la loi sur la parité soit prise. Nous étions bien parties avec les ministres Euphraise Yao et Marietou. Nous avons l’impression de stagner depuis le dernier remaniement ». Carrelle Laetitia Boli, représentant de la plateforme héroïnes d’ici, va plus loin pour stigmatiser les autorités en matière de droit de la femme : « Voyez-vous le cas de l’Ethiopie qui n’est pas un champion en droit de  l’homme ? La loi sur la parité fait la fierté de ce pays que d’aucun prendrait pour barbare. Et comme cerise sur le gâteau, une femme qui tient les destinées de cet Etat. Nos autorités gagneraient à laver cet affront dès la fin de ce symposium ». Pour Silvia Apata de ‘’Elle des femmes’’ il y a un réel problème au niveau des organisations féminines. Les cacophonies constatées au niveau de celles-ci continuent, selon l’enseignante de relations Internationales,  à  leur causer  préjudice : «  nous sommes convaincues que c’est en nous unissant que nos voix porteront. Le président qui lui-même est ‘’He for she’’ saura traduire, j’en suis convaincue, cela en réalité dans nos textes ». Idem pour  Kouadio Marie-Ivoire de l’ONG ‘’Femme de Salem’’ qui justifie l’action de son organisation dans ce combat pour «  la cause générale des femmes et pour le bonheur de la nation toute entière qui tirera profit de cette loi de la parité qui est le point de départ de tout développement ». Boli Rosemonde, de l’association ‘’Matubo’’ s’est voulu conciliant à l’endroit des hommes : « La lutte pour la parité ne pourra pas se faire sans la contribution des hommes. Ils doivent savoir que c’est ensemble que nous saurons faire face aux défis de la société ».Le BIFE

Le ‘’symposium pour l’Equité et l’Egalité du Genre’’ qui se tiendra les 17, 18 et 19 avril 2019 2019 au palais de la culture se veut une plateforme d’échanges d’organisations féminines qui œuvrent pour que les droits fondamentaux sur la parité, droits contenus dans le texte fondamental Ivoirien, soient adoptées par le législateur. Un panel de conférenciers de renoms, un vernissage pour montrer le savoir-faire de la gente féminine sont quelques aspect du programme de ce symposium. «  Avec l’engouement que suscite ce projet d’envergure, d’autres innovations, et non des moindres, seront à l’affiche. Nous sommes pour l’heure satisfait de cet travail car nous ne pouvons que nous réjouir de l’effet de cette initiative auprès des associations féminines qui ne cessent de converger vers cette plateforme ».

Les organisations présentes, ont, à la fin de cette conférence de presse, lancé en chœur un message à l’endroit des autres associations qui luttes pour les droits des femmes de converger vers un seul but : le rassemblement pour que la cause de leur combat commun soit entendue au soir du 19 avril 2019.

Les commentaires sont fermés.