ads bas

France: François Hollande fait payer à Manuel Valls l’humiliation qu’il a subi.

ads bas

Par Léon SAKI – Afrique Matin.Net.

« Ce que tu refuses d’apprendre dans le calme, la vie te l’apprendra dans les larmes »

L’avenir ne semble pas rose pour l’ancien premier ministre français Manuel Valls, critiqué de toute part, humilié, sanctionné et maltraité avec une extrême violence ces derniers temps. Tout est d’abord parti de de la GRANDE ROYALE, pas celle des DIALLOBE, mais la Ségolène, qui a accusé Manuel Vals d’avoir pollué une semaine décisive pour la démocratie française. «Manuel Valls aurait dû attendre un peu avant de polluer une semaine extrêmement importante, qui est regardée dans le monde entier et qui fait la fierté de la France», a-t-elle estimé sur RTL.

Quant au Parti Socialiste, le PS, il a tout simplement choisi de sanctionner le « Juda » qui a abandonné le navire en pleine tempête. Le coup de semonce viendra du côté du mouvement En Marche de Macron. Alors que la publication des résultats de l’élection présidentielle n’est pas encore faite, Manuel Valls annonce sa candidature à la législative pour le compte de la République En Marche.

Il est très vite recadré par l’entourage de Macron qui l’invite à se faire inscrire sur la liste des postulants comme tout le monde. Sur Europe 1, Jean-Paul Delevoye en charge de la Commission Nationale d’Investiture de la république En Marche à affirmé que Vals n’entre pas dans les critères d’investiture du mouvement. En réalité, Macron est conscient que Vals porte au fer rouge, l’inscription des échecs du quinquennat de François Hollande dont il essaie par tous les moyens de s’en défaire. D’abord en démissionnant de son poste de premier ministre, laissant François Hollande subir le lourd tribut d’un bilan pourtant commun.

Il est même allé jusqu’à porter le coup de massue à son patron en le contraignant à la démission, c’est-à-dire, à renoncer à un deuxième mandat. Cette grosse humiliation historique, dont l’effet « répugnant » a profondément bouleversé le président français ne pouvait rester sans réponse. Macron est un pion de François Hollande, blanc bonnet, bonnet blanc.

Hollande, en bon pugiliste qui a toujours su encaisser les coups les plus durs a bien attendu « l’heure de de son heure, le jour de son jour » pour prendre sa revanche sur ses adversaires dont Manuel Valls. Pour ce qui arrive à l’ancien premier ministre, inutile de chercher ailleurs, c’est l’oeuvre de François Hollande. Pour dire que « Ce que tu refuses d’apprendre dans le calme, la vie te l’apprendra dans les larmes »

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.