France/Emmanuel Macron a-t-il été conduit ?

Approchée puis reçue par le secrétaire général de l’Élysée pour occuper le poste de Premier ministre, Véronique Bédague, cette énarque qui a une grande expérience dans le privé aussi au sein de plusieurs ministères, aurait finalement refusé le poste.  

 Depuis sa réélection, Emmanuel Macrons’active pour trouver son remplaçant. Et c’est vers une femme, Véronique Bédague, qu’il aurait jeté son dévolu. Après un long entretien le vendredi dernier avec le secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler, elle aurait finalement décliné la proposition.

Âgée de plus d’une cinquantaine d’années, cette énarque « classée à gauche » bénéficiait pourtant d’une grande expérience dans le privé, mais aussi dans des ministères. En 1990, elle a été nommée au ministère de l’Economie et des Finances. Elle a ensuite travaillé au FMI, puis au Fonds monétaire international à Washington aux Etats-Unis.

Selon le quotidien français, « Le Parisien », de 2000 à 2002, elle a occupé le poste de conseillère technique auprès du cabinet de Laurent Fabius, alors ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie. En 2002, elle a été nommée directrice des Finances de la mairie de Paris puis secrétaire générale de la mairie sous le mandat de Bertrand Delanoë en 2008.

Faut-il également noter que c’est surtout pour son poste de directrice de cabinet de Manuel Valls à Matignon, de 2014 à 2016, qu’elle s’est fait connaitre et fut la première femme à être nommée à ce poste. Véronique Bédague s’est également fait remarquer le 16 avril dernier, en appelant le futur gouvernement à repenser le logement.

Source : closermag.fr avec afriquematin.net