Filière Café-Cacao/Le Directeur général du Conseil fait des précisions

Par Yann Dominique N’guessan/afriquematin.net

Le Directeur général du Conseil Café-Cacao, Yves Koné Brahima, était l’invité de la tribune des « Grandes rencontres » du Conseil économique, social, environnemental et culturel (Cesec), le lundi 12 juillet 2021. Cette rencontre qui était présidée par le premier responsable du Cesec Aka Aouélé s’est tenue à la salle plénière de ladite institution

Selon Aka Aouélé, cette rencontre vient à point nommé, car, il est nécessaire que ses collaborateurs soient instruits sur la politique de développement économique, social, environnemental et culturel des structures en charge de la filière agricole. Il s’est réjoui de voir un grand nombre de personnes prendre part à cette rencontre. C’est pourquoi, il a tenu à remercier tous les participants en particulier le Ministre d’Etat, Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural, Kobenan Kouassi Adjoumani pour sa franche collaboration.

Le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et du Développement rural, a ,en sa qualité d’invité spécial, livré le message du gouvernement lors de cette rencontre.

Le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Kobenan Kouassi Adjoumani, a, pour sa part exprimé sa reconnaissance au président du Cesec d’avoir invité le monde agricole, qui pour lui « se sent honoré ». Poursuivant, il a évoqué les progrès réalisés par le gouvernement ivoirien, avec l’appui de ses partenaires techniques et financiers dans le domaine agricole.

L’invité du jour, Yves Koné Brahima a, quant à lui articulé sa présentation sur la production. « Nous devons désormais produire le cacao en respectant, les itinéraires techniques », a soutenu le directeur général du Café-Cacao.

Dans la perspective de protéger la nature, Il s’est également penché sur la déforestation liée à la cacao-culture, l’exploitation des enfants dans les plantations de cacao et l’amélioration du revenu des producteurs.  « Si nous devons faire du cacao durable, le producteur qui est à l’origine du cacao doit être bien payé, sans toutefois condamner la mauvaise foi des multinationales qui seraient réticentes quant à l’exécution du Différentiel du Revenu Décent (DRD) », a souligné Yves Koné Brahima.

Les conseillers économiques, sociaux, environnementaux et culturels ont pris part à cette rencontre.

La Côte d’Ivoire a intérêt à développer la transformation, la consommation intérieure et la consommation régionale en cette période de Covid-19. « Nous voulons aller sur le marché et si la Covid-19 ne nous avait pas freiné, nous aurions ouvert des bureaux commerciaux en chine, car elle nous a offert un bureau économique pour trois ans. Nous allons prendre possession de ce bureau et nous allons faire la promotion de nos produits, nous même dans les pays asiatiques », a expliqué Yves Brahima Koné.

A rappeler que le thème débattu lors de cette importante rencontre est : « Durabilité de la filière Café-Cacao ».

Facebook