Fête du travail : le SYNEPPLACI plaide pour l’amélioration des conditions de vie et de travail de ses membres

Par Tizié TO Bi, correspondant à Agboville

Le syndicat national des enseignants et personnels du privé laïc de Côte d’Ivoire(SYNEPPLACI), ne manque pas d’occasions pour se faire entendre. Ainsi, par la voix de son secrétaire général régional, Kouassi Blé, il plaide pour l’amélioration des conditions de vie et de travail de ses membres. C’était lors de la célébration de la fête du travail, qui s’est tenue le mercredi 1er mai, à la préfecture d’Agboville, en présence d’André Ékponon, préfet de région, préfet du département d’Agboville.

« Au plan national, cela fait 24 ans que les augmentations de salaire des enseignants et personnels du privé laïc sont restées bloquées jusqu’à ce jour. Mettant ainsi, en péril au quotidien le bien-être des travailleurs », a-t-il déclaré. Pour lui, il faut appliquer l’arrêté complétant l’arrêté N° 2015-855/MEMEASFP/CAB du 30 décembre 2015 portant application du barème des salaires minima catégoriels conventionnels de 2015 dans l’enseignement privé laïc au taux convenu de 9% comme c’est cas dans l’enseignement privé confessionnel. Parce que, « cette situation nous maintient dans une précarité sans précédent », a ajouté le syndicaliste. Poursuivant, il a révélé que, ses collègues du préscolaire et du primaire perçoivent des salaires dérisoires. «  L’enseignant du primaire privé laïc, jardinière d’enfants et instituteurs ont des salaires en-dessous du Smig, qui est de 60 000 F cfa ».

« La plupart de nos employeurs interdisent à nos camarades travailleurs, de militer dans leur syndicat sous peine de licenciement alors qu’ils appartiennent eux-mêmes aux syndicats des fondateurs d’écoles privées », déplore le professeur d’Anglais. Avant de plaider auprès des autorités compétentes, pour la prise en compte de leurs doléances. Notamment : le paiement effectif de 12 mois de salaire à tous les travailleurs et travailleuses du privé laïc de la région ayant excédés plus de 2 ans de présence effective dans les établissements ; la déclaration effective de tous les travailleurs et travailleuses du privé de la région à la caisse national de prévoyance sociale(CNPS) ; le paiement effectif des heures supplémentaires ; le paiement effectif des primes de transport, de gratification et l’installation sans conditions des délégués du personnel dans nos établissements sous la supervision effective de l’inspection du travail.

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook