Fédération des industries hôtelières du Sud-Ouest/Les acteurs dénoncent une pression fiscale et des difficultés d’accès aux crédits bancaires

Par Haidmond Kaunan/afriquematin.net, envoyé spécial

« On nous taxe trop ! Les acteurs des industries hôtelières  payent plus d’une quinzaine impôts. Dès que vous ne remplissez pas les critères vous fermez immédiatement. Et pourtant nous n’avons aucun appui. Les banques ne font aucune exonération aux propriétaires. Les conditions d’accès aux fonds bancaires sont très compliquées », déplore le vice-président de la fédération des industries hôtelières du Sud-Ouest (FNIH-SO) et porte-parole de l’organisation, Miézan Anzié.  Il précise par ailleurs  que  les Pme qui sont  des acteurs économiques nationaux au développement du tourisme  ne reçoivent aucun soutien ou appui, « ce sont des micro-entreprises qui ne sont pas soutenues. On  ne maîtrise », révèle-t-il. Malheureusement des séminaires ne sont pas organisés à l’intention de ceux-ci pour qu’ils bénéficient de certaines connaissances en la matière afin qu’ils soient également  au même niveau d’information. Les acteurs des industries hôtelières veulent bien émerger en acquérant des équipements pour résorber les charges mais on ne leur permet pas d’avoir des moyens. Et la FNIH-SO, dans son ensemble, dit être confrontée au problème d’eau et d’électricité dans la zone. En ce sens que les compteurs électriques et d’eau peuvent se trouver souvent 300 mètres des établissements. C’est pourquoi ils  appellent vivement la viabilisation des tous les quartiers de la commune en vue de faciliter l’extension de l’adduction d’eau et  du réseau  électrique.

Comparer

Facebook